Bienvenue dans un monde d'écriture

Michel Gondry ne fera pas Ubik

gondryLe projet avait été annoncé il y a trois ans, et Michel Gondry attendait avec impatience de réaliser ce qui était un rêve pour lui : Ubik, de Philip K.Dick, adapté au cinéma. Il semblerait que le rêve ait été bien mis à mal durant ces trois années…

Michel Gondry vient en effet d’annoncer qu’il jetait l’éponge et abandonnait le projet, quasi impossible à adapter selon lui.

Comme il le dit lui-même :
« Le bouquin est génial mais justement, il est bien en tant qu’œuvre littéraire. Pour avoir essayé de l’adapter avec plusieurs scénaristes… Disons qu’en ce moment, je ne me sens pas de le faire. Il n’y a pas les ressorts dramatiques qui feraient que ça serait un bon film. Je viens de recevoir un script qui m’a un petit peu refroidi… Donc voilà. C’était un rêve, mais dans la vie, on ne fait pas toujours ce qu’on veut. »

Bref, à moins d’un scénariste de génie, il semble que le film Ubik soit destiné à être un massacre du roman. Comme le fut Next par rapport à L’Homme Doré, quoi…

Gageons que ça n’empêchera pas le studio de maintenir le projet en lui trouvant un remplaçant peut-être moins exigeant dans le choix du scénario…

1 mai, 2014 à 11:04 | Commentaires (2) | Permalien


George R.R Martin, Dunk, et l’Œuf

george-rr-martinSi beaucoup attendent évidemment le sixième volume du Trône de Fer, George R.R Martin ne manque pas d’autres projets et travaux à côté. Et, parmi eux, on trouve les nouvelles consacrées aux aventures de Ser Duncan le Grand (alias Dunk) et l’Œuf.

Petit point sur les parutions à ce jour : le duo a connu trois nouvelles en VO, et les deux premières ont été traduites, et sont disponibles dans le petit recueil appelé Le Chevalier Errant, suivi de L’Épée Lige : Préludes au Trône de Fer. Le recueil en question a été chroniqué par mes soins, d’ailleurs. Et George n’en a donc pas encore fini avec eux.

Si on savait cela depuis un certain temps, on apprend aujourd’hui que l’auteur a au moins encore deux nouvelles supplémentaires en tête. Bien évidemment, il ne faudra pas attendre que George R.R Martin travaille dessus avant qu’il ait au moins fini The Winds of Winter, ce fameux sixième volume de la saga principale.

Mais ça ne s’arrête pas là. Il compte en effet les refaire éditer hors des anthologies, sous forme de recueil dédié. Le premier volume, prévu pour 2015 (aux États-Unis et au Royaume-Uni), et illustré par Gary Gianni, regroupera les trois nouvelles parues à ce jour, et s’intitulera A Knight of the Seven Kingdoms. Reste à espérer une traduction française, ne serait-ce que pour profiter enfin de la troisième sans passer par la VO, pour les plus allergiques…

Quant à une éventuelle adaptation, il faut attendre de voir si l’idée intéresserait HBO. George rappelle en effet que la chaîne, en achetant les droits, n’a pas eu que les droits de la saga principale, mais aussi de tout ce qui se déroule en Westeros. Les négociations avec d’autres intéressés seraient donc délicates, voire impossibles, et HBO n’a encore jamais abordé le sujet. Donc : wait and see…

22 avril, 2014 à 19:23 | Commentaires (2) | Permalien


Captain America : Le Soldat de l’Hiver

Captain-America-The-Winter-Soldier-Affiche-2Réalisateurs
Anthony et Joe Russo

Casting
Chris Evans, Scarlett Johansson, Anthony Mackie, Robert Redford, Samuel L.Jackson, Cobie Smulders…

Date de sortie
26 mars 2014

Durée
2H08

Genre
Action

D’après le personnage de Captain America, créé par Jack Kirby et Joe Simon

Synopsis
Après les événements cataclysmiques de New York de The Avengers, Steve Rogers aka Captain America vit tranquillement à Washington, D.C. et essaye de s’adapter au monde moderne. Mais quand Nick Fury est directement attaqué, Steve se retrouve impliqué dans un réseau d’intrigues qui met le monde en danger. S’associant à la Veuve Noire, Captain America lutte pour dénoncer une conspiration grandissante, tout en repoussant des tueurs professionnels envoyés pour le faire taire. Quand l’étendue du plan maléfique est révélée, Captain America et la Veuve Noire sollicitent l’aide d’un nouvel allié, le Faucon. Cependant, ils se retrouvent bientôt face à un inattendu et redoutable ennemi – le Soldat de l’Hiver.

Image de prévisualisation YouTube

Avis
On va le dire tout de suite : Le Soldat de l’Hiver confirme, chez moi, la bonne impression laissée par First Avenger, à savoir que Captain America est sans doute le personnage qui se sort le mieux (avec Iron Man) de l’univers partagé Marvel au cinéma. Bien sûr, pour qui connaît un minimum les comics, rien ne sera vraiment surprenant, pas même l’identité du Soldat de l’Hiver, évidemment. Ce qui n’empêchera pas le film d’être particulièrement efficace sur tous les plans, digne des comics dont il s’inspire.

Bon, bien sûr, ce n’est pas non plus le chef-d’œuvre qui va retourner le cerveau de ceux qui n’aiment pas Marvel, hein, il a ses défauts. L’orientation vers le thriller politique est louable, mais c’est très vite secondaire, par exemple. Durant les scènes d’action, un combat au corps à corps est vite illisible, aussi. Et on regrettera le temps à l’écran du Soldat de l’Hiver et de la Veuve Noire (mais s’ils sont peu présents, c’est toujours pour être bien badass, ça compense), de même que les bons vieux gimmicks et clichés du film d’action.

Et pourtant, ça marche. Ça marche parce que le film ne prétend pas révolutionner le genre, mais juste offrir un bon divertissement qui se fout quand même pas de la gueule du monde, et c’est exactement ce qu’il offre. Certes, ça n’a pas la profondeur d’un V pour Vendetta ou d’un Watchmen, mais l’humour fonctionne, l’action et le scénario aussi, on en prend plein les yeux sans être pris pour des cons, et le comics de base est bien adapté, avec des acteurs qui font bien leur boulot. Que peut-on bien demander de plus ? Bref, si vous aimez Marvel, foncez. Et si vous n’aimez pas, vous devriez quand même passer un moment de détente sympa, tant pis si vous ne comprenez pas les références, ce n’est pas là que se cache l’essentiel du film.

Et moi, j’attends donc la 3e aventure solo de Cap avec un certain entrain.

18 avril, 2014 à 18:48 | Commentaires (1) | Permalien


L’Épée de Vérité, tome 1 : La Première Leçon du Sorcier

couv31105288Auteur
Terry Goodkind

Genre
Fantasy

Éditeur
France Loisirs

Nombre de pages
638

Année de parution
2005

Synopsis
Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car, désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son vieil ami ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur.
Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. À n’importe quel prix.

Avis
Bon, heu, alors, par où et quoi commencer ? Si je me pose la question, c’est parce que Terry Goddkind m’a vraiment assommé avec ses idées, me laissant me demander jusqu’où il oserait aller rien qu’avec ce premier volume d’une série de onze… Sans compter les « bonus » (préquelles, suites, etc…).

Si on voit tout de suite que l’histoire est le gros classique de l’Élu contre le vilain dictateur, RIEN, et je dis bien RIEN, ne peut préparer le lecteur à l’assaut que son cerveau va subir en lisant ceci ! Si je ne savais pas trop comment définir un auteur bien bourrin et pas subtil, j’ai maintenant une définition parfaite pour ça : Terry Goodkind.
Avec Goodkind, c’est simple : deux personnages de sexe opposés qui viennent de se rencontrer sont aussitôt les amis les plus forts et les plus fidèles jusqu’à la mort, avant de se rendre compte qu’ils s’aiment quelques temps plus tard… Voire tout de suite, éventuellement.
Côté méchants, on ne va pas faire dans la demi-mesure, hein. Darken Rahl est donc un grand blond aux yeux bleus, comme ses troupes d’élite (on voit PAS DU TOUT la race aryenne là-dedans, voyons…). Il tue, pille, détruit, viole, etc… La routine, quoi. Notons également qu’il se fait appeler le Petit Père Rahl (tiens, ça me rappelle le Petit Père du Peuple Josef Staline, ça…) et prétend agir pour le bien du peuple, évidemment. Quant à son homme de main, on tape carrément dans le pédophile reconnu. Soulignons enfin que les deux aiment voir leurs victimes se débattre dans leurs pièges… Bref, si vous n’avez pas encore compris que ce sont les gros méchants, on ne peut plus rien pour vous, là.

S’il n’y avait que ça, encore…
Le souci est aussi que les réactions de Richard sont dignes d’un gosse de cinq ans et que tout s’enchaîne à grands renforts de Deus ex Machina, sans aucune logique, juste parce que Richard est exceptionnel, est l’Élu, a le don, etc…
Sérieusement, ce type est tellement hors du commun que, sans AUCUN effort à part celui de la parole, il va réussir à trouver les réponses à des questions et énigmes par pure intuition, neutraliser de la magie sans rien faire, rallier à sa cause ou retourner contre leur maître quelques agents de Rahl, et j’en passe, c’est comme ça tout le long.
Goodkind tente bien de nous expliquer certaines choses de l’univers, mais ces règles n’ont tout simplement plus cours dès que Richard arrive sur les lieux. Il n’a quasiment aucune difficulté à faire quoi que ce soit…

Au final, Goodkind enchaîne les péripéties en vrac pour faire avancer une intrigue qui ne repose finalement sur rien, tant Richard peut tout faire sans effort. Ne reste que l’action et quelques passages sympathiques pour maintenir l’intérêt. Et c’est fort dommage.
Parce que, avec un traitement plus réfléchi, plus de sens dans l’enchaînement des idées, on aurait pu avoir quelque chose de certes peu original, mais assez efficace et prenant. Là, on a juste beaucoup de ridicule vaguement sauvé de ci de là par quelques éclairs de lucidité…

Et pour les Deus ex Machina, mention spéciale à la toute fin. Oh, et tant que j’y pense, il a caché une grosse copie de Gollum là-dedans. Si, si, difficile à trouver. Ou pas… :D
Bref, une bonne grosse série B qui flirte très dangereusement avec le Z… Peut-être vous parlerai-je de suite un jour, mais sachez que ce tome 1 se suffit à lui-même et peut très bien être lu seul. Pas tout à fait dégueulasse, mais on peut légitimement se demander pourquoi c’est un tel classique (voire culte) du genre…

15 avril, 2014 à 19:43 | Commentaires (6) | Permalien


La Prophétie des Cinq Tribus, tome 1, chapitre 1 [Premier jet]

Et nous y voilà enfin, oui ^^
Après le prologue, voici le chapitre 1. Bonne lecture :D Et d’avance désolé pour les possibles problèmes de typo en vrac x)

———————-

Les gardes ne cessaient pas de frapper leur prisonnier, qui restait au sol, subissant les coups de pied au ventre et au visage. Du sang maculait son visage, mais il gardait la bouche fermée malgré la douleur, serrant les dents pour ne pas faire à ses bourreaux le plaisir d’entendre ses hurlements. Après de longues minutes à subir ce traitement, le jeune voleur fut relevé sans ménagement, alors qu’un officier s’était approché des gardes. Ses paroles étaient à peine compréhensibles, mais le captif réussit à saisir qu’il était temps, devant son acharnement à ne rien dire, de l’envoyer en cellule et d’arrêter de s’amuser. Les gardes le traînèrent alors, les pieds qui raclaient le sol et en soulevaient la poussière, jusqu’à ce qui serait désormais son domicile jusqu’à nouvel ordre. Le prisonnier fut violemment jeté à l’intérieur de ce qui ressemblait plus à un placard qu’à une cellule, le visage écrasé au sol. Le goût du sang dans sa bouche le réveilla, et il se releva lentement en crachant un peu du liquide rouge vital. Le visage tuméfié et ensanglanté, des douleurs sur tout le corps, chaque mouvement devenait une torture pour lui. Il se laissa tomber sur la pelure miteuse et remplie de poux tellement gros qu’on les voyait sans effort, espérant dormir un tant soit peu confortablement, malgré l’odeur persistante qui tenait de l’excrément. « Les précédents locataires n’ont pas vraiment pris soin de l’endroit » pensa-t-il. Sa plaisanterie vaseuse le fit rire tout seul avant de s’endormir tant bien que mal.

Une visite inattendue surprit le prisonnier au beau milieu de la nuit. Le geôlier était accompagné d’une jeune femme et venait le libérer. La femme était impossible à identifier, avec son visage caché sous une capuche.

Tu es libre, dit le geôlier. Tu peux sortir.

Hein ? Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Ferme ta gueule et viens par là, dit la jeune femme en lui prenant le bras avant de s’engouffrer vers la sortie. Tiens, voilà ton équipement.

Le duo sortit sans encombre du pénitencier, sans partager un mot. Les gardes les regardaient à peine sortir. Après quelques minutes de marche, le prisonnier et l’inconnue arrivèrent dans les ruelles de Drakenhar. La pleine lune éclairait faiblement la ville, mais la jeune femme semblait voir dans la nuit, tant elle marchait d’un pas assuré. Le prisonnier s’arrêta soudain pour lui parler.

Mais qui es-tu, au fait ? Tu arrives dans la citadelle, tu me fais libérer sans que ça semble gêner personne, et je te suis à travers la ville sans trop savoir pourquoi exactement. Enfin, si, pour comprendre un peu ce qu’il se passe. Mais à part ça…

Ne peux-tu donc pas te taire, Jon Sheïmon ? Tu sauras tout en temps voulu, l’impatience ne te mènera nulle part. D’ici là… La ferme !

Les deux compagnons reprirent la marche forcée à travers les petites rues sales et sombres de la capitale de l’empire de Kär Draken. L’inconnue amena Jon, qui se demandait encore comment elle le connaissait, vers une maison enclavée au cœur d’un quartier pauvre. À l’intérieur, on pouvait voir, éclairés par la lueur des bougies, deux hommes étudiant une carte et un vieux livre, qui ne se tournèrent pas vers Jon à son arrivée. Le premier, debout avec le livre dans les mains, avait la cinquantaine bien tassée et le cheveu grisonnant. Sa courte barbe finement taillée et ses lunettes carrées indiquaient quelqu’un d’assez éduqué et aisé, peut-être même noble. Sa longue tunique et ses bottes de cuir aidaient à valider cette hypothèse. Son compagnon, quant à lui, semblait plus jeune, mais il était difficile pour Jon d’affirmer quoi que ce soit, ne voyant pas son visage. Tout juste discernait-il une chevelure brune assez longue qui laissait à peine voir une épée courbée et un arc accrochés au dos de l’homme. « Sans doute un Jäger… » pensa Jon, qui aurait préféré que son hypothèse se révèle fausse ; il avait vu assez de l’arrogance des Jägers pour sa vie entière, d’autant que les histoires sur leur compte n’étaient guère engageantes non plus, même s’il ne les avait jamais vérifiées par lui-même.

L’homme plus âgé se tourna finalement vers lui et la jeune femme. Malgré des traits fatigués, son regard gris était encore perçant. Le livre encore ouvert dans la main gauche, il esquissait un sourire de soulagement en direction de la compagne forcée de Jon.

Bonsoir, Cara, dit-il alors. Ravi de te revoir entière. Je vois que tu as un invité avec toi, j’en déduis que ta mission a été un succès. Alors, voici notre homme ?

Je te présente Jon Sheïmon, un petit voleur à la langue bien pendue.

L’homme s’approcha de Jon et lui tendit la main ; le voleur lui tendit la sienne en retour.

Enchanté, Jon, dit l’homme. Puisque cette chère Cara manque à presque toutes les règles de politesse, comme à son habitude, laisse-moi donc faire les présentations. Je m’appelle Konrad Pittecker et, comme tu l’auras sans doute deviné, je passe ma vie à étudier d’antiques manuscrits en tout genre. La charmante demoiselle aux manières si raffinées qui t’a amené ici et qui a déjà disparu a pour nom Cara Marlan.

Cara haussa la tête de sa table à l’évocation de son nom, avant de disparaître à nouveau dans l’étude de ses parchemins.

Quant à notre ami encore moins poli que Cara, ce que je croyais assez impossible, reprit Konrad, il s’appelle Herlen. Et avant que tu ne poses la question : non, nous ne lui connaissons pas de nom de famille.

Herlen leva la main gauche en guise de salut, sans prendre la peine de se retourner ou de dire le moindre mot. À côté de lui, Cara passait effectivement pour un modèle de bonnes manières. Jon était bien incapable de dire ce qui pouvait le maintenir aussi concentré sur son livre, mais il finit par penser, après ce que lui avait dit Konrad, que c’était simplement sa façon d’être et ne chercha pas plus loin.

— Et donc, j’ai vos noms, mais vous êtes… ? Demanda timidement Jon.

— Par les Dieux ! Nous manquons en effet à tous nos devoirs ! S’exclama Konrad. Cara te sort de cellule, t’amène jusqu’à nous, et nous nous contentons de nous présenter. Avant de te répondre, permets-moi de te poser une question à mon tour, Jon. Elle est importante pour saisir ce que nous faisons.

Jon hocha lentement la tête de haut en bas en signe d’acquiescement, se demandant toutefois ce que Konrad allait bien pouvoir lui dire de si important. Après tout, ils ne faisaient que lire des livres et des cartes ; seuls les pouvoirs de Cara et les armes d’Herlen laissaient envisager qu’ils pouvaient être autre chose qu’un petit groupe de curieux avides de connaissances. Peut-être s’étaient-ils attirés les foudres des gardes impériaux au détour d’une escapade en ville ou dans de quelconques ruines.

Konrad ôta ses lunettes et plongea littéralement son regard gris dans les yeux de Jon, puis passa sa main sur sa barbe, comme s’il réfléchissait à quelque chose tout en observant le jeune voleur. Après quelques secondes d’interminable silence, il commença à parler.

— Alors, dis-moi, Jon, connais-tu l’histoire de Gerwan et d’Ormas le Destructeur ?

— Tout le monde connaît cette histoire, répondit rapidement Jon. Gerwan a libéré le royaume de Palavir de l’emprise d’Ormas. Qu’y a-t-il de plus à dire, à part que ce royaume est désormais l’élément central du Saint Empire Drakenite ? Nous avons chassé un tyran pour, à terme, en accueillir un autre.

Cara ne put s’empêcher de laisser entendre un petit rire narquois à ce rapide résumé de Jon. Herlen, de son côté, semblait toujours autant de marbre, concentré sur son vieux livre. Quant à Konrad, il esquissait un sourire laissant clairement entendre à Jon qu’il avait encore beaucoup à apprendre.

— Ce succinct résumé conviendrait sans doute à un précepteur ennuyeux dont tu serais désireux de te débarrasser rapidement, mais il y a beaucoup plus à savoir au sujet de ce moment important du passé du royaume… Aussi vais-je prendre le temps de te raconter quelques petits choses à ce sujet, ce qui nous mènera par la suite aux recherches de notre groupe.

— Tu perds ton temps, Konrad. Cet âne ne sait que parler, pas écouter, intervint Cara.

— Nous verrons cela, Cara, répondit calmement l’érudit en faisant signe à Jon de ne pas réagir. Rassure-toi, Jon, je vais t’épargner les détails ennuyeux que tout le monde connaît ici et me contenter de te parler des éléments que tu dois savoir.

Au triomphe de l’Usurpateur

Débutera l’ère du Libérateur

Marqué du Sceau des Anciens

Il sera connu comme assassin

Du fond des fosses antiques

Reviendra l’arme démoniaque

Le trône vacant sera

Et un nouvel ordre s’élèvera

Konrad énonça ce poème puis attendit en fixant Jon. Voyant que celui-ci ne dégageait aucune réaction, il soupira et reprit la parole.

— Ceci était la prophétie que les cinq tribus des terres du sud ont énoncée quand Ormas le Destructeur renversa le roi Vernon et s’empara de Palavir. Elle annonçait, comme tu t’en doutes, la victoire de Gerwan. Toutefois, ton absence de réaction à ma sublime déclamation…

— Oh, oui, on aurait presque oublié tes talents de poète et de conteur…

— Ton absence de réaction, disais-je avant d’être sauvagement interrompu par une demoiselle sans éducation, montre clairement une chose. Les textes historiques ne parlent pas de la prophétie. D’ailleurs, parlent-ils seulement de la vie de Gerwan avant qu’il mène la rébellion et tue Ormas ?

Jon secoua la tête négativement à cette question.

— Exactement, Jon. On ne sait rien de lui. Tout simplement parce que la plupart des gens ne veulent pas qu’on en sache autre chose que ce que l’Histoire en a fait, un héros sans peur et sans reproche, qui s’est battu pour la liberté, et est mort paisiblement. Mais s’ils savaient les détails…

— Ils le renieraient, c’est ça ?

— Peut-être pas, mais ils prendraient conscience de ce qu’il a fait pour libérer le royaume… Et que ses intentions n’étaient peut-être pas aussi pures que ce qui nous est appris…

Jon leva un sourcil devant l’affirmation de Konrad. Il lui était difficile d’imaginer que Gerwan n’était pas un héros qui aurait simplement été prêt à se sacrifier pour la liberté. Konrad continua son cours d’Histoire pour un Jon qui avait de plus en plus de mal à croire ce qu’il entendait. Notamment quand Konrad en arriva aux détails…

— Attendez… J’ai bien compris ce que je viens d’entendre ? Vous accusez Gerwan d’avoir en fait conspiré pour prendre lui-même le pouvoir ? Au prix de la pratique de la nécromancie ? Mais qu’est-ce que c’est que ce ramassis d’âneries ?

— Juste la vérité, Jon. La seule et unique, celle que tu ne verras jamais dans les livres d’Histoire. Sauf les plus officieux et décriés, évidemment. Si tu veux en savoir plus, n’hésite pas à consulter tout ce que nous avons sous la main.

Jon se leva brutalement.

— Non. Non, c’est impossible. Je crois que vous êtes juste une bande de cinglés. Et après Gerwan qui n’était qu’un mégalomane avide de pouvoir, vous allez m’annoncer qu’une autre prophétie a été faite pour dire qu’un autre héros va tuer Draken, c’est ça ? Je vais aller voir ailleurs si j’y suis, moi, hein…

Ne laissant à personne le temps de réagir, Jon sortit à la vitesse de l’éclair en claquant la porte. Konrad resta bouche bée, rejoint par Cara.

— Je te l’avais dit… Un âne bâté.

— Une vraie tête de mule, en effet, mais qui devra bien céder devant la vérité… De plus, les sorciers de Draken doivent connaître la nouvelle prophétie ainsi que l’existence de Jon… Il faut que tu le ramènes, Cara. Herlen, il serait de bon ton que tu la couvres.

— Moi ? Et pourquoi devrais-je le ramener ?

— Parce qu’il nous le faut et que je ne suis pas un homme d’action. Allez, faites vite. De mon côté, j’organise le départ. Je crains que l’on doive rapidement quitter Drakenhar…

Cara sortit en maugréant, suivie de Herlen qui ne laissait toujours pas échapper le moindre mot, ni la moindre émotion. L’improbable duo laissait Konrad à la préparation d’un départ en urgence, prêt à emmener les informations nécessaires et de quoi survivre.

À l’extérieur, les rues de Drakenhar étaient plongées dans l’obscurité totale. Jon errait sans but précis, si ce n’est celui d’éviter les gardes et de s’éloigner autant que possible de Konrad, Cara, et Herlen. Il avait déjà repéré le manoir isolé aux abords de la ville et s’y dirigeait tout droit. « Rien de mieux que le travail pour oublier une journée de merde » pensa-t-il. Aucune lumière n’émanait du bâtiment, aucun garde ne semblait le surveiller, la cible était parfaite. Jon enfila son masque et sa capuche, et marcha vers la fenêtre. Celle-ci ne tarda pas à craquer sous la lame du voleur, lui permettant d’entrer discrètement.

Une fois à l’intérieur, Jon prit le temps de faire le tour du bâtiment et d’emporter tout ce qu’il pouvait mettre dans son sac. Après une petite visite au garde-manger, Jon ressortit tranquillement par où il était entré, accueilli par une main sur son épaule. Surpris, il fit rapidement volte-face et se retrouva au sol, à la merci de ses interlocuteurs. Les visages masqués par la nuit, ceux-ci, au nombre de trois, avaient encerclé Jon, lui empêchant toute fuite. L’inconnu juste devant Jon le saisit par le cou et le força à se tenir debout devant lui. « C’est pas vrai, je vais encore me faire tabasser, pensa-t-il alors… Vraiment une journée foirée d’un bout à l’autre… »

— Alors, c’est ça, l’héritier de la légende ? Tu parles d’une menace. Un pauvre idiot doublé d’un cambrioleur raté. C’est ça qui fait peur au Saint Empereur et ses sorciers ?

L’inconnu balança Jon au sol sans ménagement et lui cracha au visage, pour bien lui signifier tout son mépris.

— Certes, il ne paie pas de mine, intervint l’un des deux autres agresseurs. Mais si les Seigneurs Sorciers ont vu qu’il allait être une menace, c’est que ça arrivera. Sauf si on règle le problème tout de suite… Après tout, on a été assez grassement payé pour débarrasser le Saint Empereur de ce maraud, non ?

Les membres du trio sortirent alors leurs lames de leurs fourreaux, prêts à frapper. Le métal brillait sous la lumière de la lune, dévoilant les sourires sadiques des meurtriers. C’est à ce moment qu’une flèche surgit de nulle part droit dans la gorge de l’un des trois agresseurs, qui s’écroula sur place avec de l’écume sanglante aux lèvres. Un autre vit sa vie s’achever de façon brutale par une congélation instantanée, avant d’être brisé en morceaux par un bâton de combat. Jon profita de la confusion pour dégainer son épée courte et l’enfoncer dans le torse du troisième agresseur. L’action ne dura pas plus d’une minute et fut extrêmement violente, comme pouvaient le prouver les traces de sang au sol.

— Tu nous crois, maintenant, Sheïmon ?

Encore sous le choc de l’assaut, Jon ne réalisa pas vraiment que l’on s’adressait à lui. Ce n’est que quand la voix se fit insistante qu’il reconnut Cara, le bâton à la main, et comprit qu’elle venait de lui sauver la vie avec Herlen. Il marmonna une réponse affirmative, mais bien timide.

— Bon, il faut qu’on rejoigne Konrad immédiatement. Il avait raison, nous sommes en danger à Drakenhar. Il prépare déjà le départ, tu pourras discuter de tout ça avec lui sur la route. Herlen, tu couvres nos arrières.

— Je ne peux pas partir, dit Jon. Pas tout de suite, du moins…

— Bon sang, mais tu as vraiment de la flotte à la place du cerveau, ou quoi ? J’ai pas fait tout ça pour que tu continues à jouer les abrutis têtus. Alors, maintenant, tu fermes ta gueule et tu nous suis tranquillement selon le plan. Compris ?

Jon était bien conscient que Cara ferait ce qu’il fallait pour qu’il la suive, mais il était tout aussi déterminé à faire les choses comme il l’entendait.

— J’ai un objet à récupérer chez moi. Et je vais le faire, que cela te plaise ou pas, Cara.

Jon tourna les talons aussitôt après avoir fini sa phrase, se dirigeant droit vers sa planque au cœur de la ville.

— Ils doivent déjà être chez toi à tout retourner, sombre crétin !

— Alors ça, aucune chance, répondit Jon dans un sourire sans se retourner.

La magicienne maudissait le sale caractère du descendant de Gerwan, mais ne pouvait guère faire autre chose que le suivre. Elle fit un signe de tête à Herlen et tous deux s’engagèrent sur les pas du voleur.

Jon les mena dans les sous-sols de la ville, jusqu’à l’endroit où il avait pris ses quartiers. À leur grande surprise, personne ne semblait y avoir déjà posé les pieds, à part Jon. Les sentant étonnés, Jon leur expliqua où ils étaient.

— Les souterrains de la ville sont un labyrinthe complexe… Rien d’étonnant, c’était la prison des anciens rois, après tout. Un gros chantier, mais il n’y avait rien de plus efficace. Ni de plus sadique… Les monarques balançaient les criminels là-dedans, sans rien leur prendre. Ils arrivaient d’une ouverture placée à une dizaine de mètres du sol, puis erraient à la recherche de la sortie… Pas de gardes, on les laissait libres de leurs mouvements. Pour la majeure partie, ils mouraient de soif ou d’épuisement, ou étaient tués par d’autres prisonniers… Il n’y avait qu’une seule sortie, par laquelle on laissait passer un peu de nourriture, les jours où le roi y pensait… Et personne ne pouvait sortir par là, vous aurez remarqué que c’était très étroit, et les deux seuls gardes de l’endroit y étaient assignés…

— La prison parfaite, murmura Cara.

— En effet. Et impossible de s’y orienter sans carte. De plus, l’entrée est aujourd’hui bien cachée. Mais le plus intéressant et ironique, c’est où nous sommes actuellement. Regardez par là.

Jon pointa du doigt une petite ouverture dans la roche. Cara et Herlen s’approchèrent et découvrirent, de l’autre côté, la salle commune des gardes impériaux.

— Nous sommes sous le château ?

— En effet, Cara. Juste là où personne ne penserait jamais à chercher. Et nous bénéficions également de ses barrières magiques. Mais au vu des événements, rester ici ne serait guère que du sursis et ne résoudrait rien… Et en parlant de barrières magiques, tu ne m’as toujours pas dit comment tu avais réussi à me faire sortir…

Sans prêter attention à la réaction de Cara, Jon ouvrit un coffre caché sous sa couche et en sortit un vieil artefact, apparemment sans grande valeur ; une antique amulette représentant un serpent qui se mord la queue entourant un oiseau de feu pris dans un triangle.

— D’après mon père, cette amulette est un trésor familial qui se transmet depuis longtemps et que je devais toujours protéger.Il m’a toujours dit de ne jamais la porter ni la déplacer, sauf en cas d’extrême nécessité. Et je crois que nous sommes dans un tel cas…

— En effet, Jon, répondit Cara sans éloigner son regard des gardes. Maintenant, on rejoint Konrad.

Le trio ressortit des souterrains et se dirigea vers la maison où les attendait Konrad, qui avait trouvé un attelage pour les transporter tous les quatre, ainsi qu’un bon nombre de ses livres.

— Ah, vous êtes là. Ravi de te revoir, Jon. Il est temps de quitter cette ville et d’aller en savoir plus sur la prophétie et la lignée de Gerwan. Mais je te dirai déjà tout ce que j’en sais, il serait bien injuste que tu ignores tout de ce qui te concerne, Jon.

Le voleur sourit nerveusement à la phrase de Konrad, puis prit place à bord de l’attelage, la tête remplie de questions.

27 mars, 2014 à 19:34 | Commentaires (2) | Permalien


L’Associé du Chaos

I-Grande-14807-l-associe-du-chaos.netAuteur
Anthony Boucard

Genre
Science-Fiction

Éditeur
Atria

Nombre de pages
284

Année de parution
2013

Synopsis
Condamné à la cryogénisation, Vincent Langeais se réveille cent cinquante ans plus tard. Il se retrouve seul dans une société qu’il ne comprend pas et qui le terrorise.
Toute son existence est confinée dans un coin de son cerveau, inaccessible ; autour de lui, un univers qu’il ne maîtrise pas, sans famille, sans projet, entre hallucinogènes et roulette russe, quels sont les choix qui s’offrent à lui ? A-t-il seulement un destin ?…
Un simple appel téléphonique va changer le cours de son existence… Et Vincent va dire oui… Mais à qui ou à quoi ?…
Entre jeu de dupe, faux-semblant, manipulation, l’auteur, Anthony Boucard, signe ici son premier roman de science-fiction.

Avis
Que voilà un synopsis intéressant et prometteur. Un bel univers de science-fiction à explorer, entre l’amnésie du personnage et le choc d’une civilisation qui avance brutalement (du moins pour le personnage) de 150 années dans le futur. Malheureusement, si le synopsis est prometteur, le résultat final laisse une impression plus mitigée.

Ce n’est absolument pas la faute de l’histoire, bien au contraire. Celle-ci se révèle en effet vite vraisemblable et digne d’un bon vieux thriller. Vincent Langeais se retrouve vite embarqué dans une situation qui le dépasse au milieu d’un monde qu’il ne comprend pas, et comprendra qu’il ne faut faire confiance à personne pour espérer s’en sortir. En supposant que ça soit encore possible… L’histoire, donc, est bien ficelée et réserve pas mal de surprises et de rebondissements, baladant le lecteur entre les incertitudes et les faux-semblants.

Le problème, en fait, c’est un peu tout le reste.
D’abord, l’univers. Si Anthony Boucard nous en explique beaucoup de choses et qu’il est parfaitement cohérent et très vraisemblable, il faut avouer que les explications en entête de chapitre, ça arrive un peu comme un cheveu sur la soupe et ça passe relativement mal. D’autant plus que, bien souvent, on apprendra des choses certes utiles dans le développement du background, mais absolument pas exploitées dans l’histoire. Au final, on se détache assez rapidement de tout le fonctionnement social, économique, et politique du monde tel qu’il est imaginé là. Et c’est vraiment dommage, au vu des efforts faits par l’auteur pour imaginer un futur utopique, mais vraisemblable.
Un univers intéressant et développé, donc, mais des explications bien souvent inutiles.

Ensuite, nous avons les personnages. Peu développés, ils s’avèrent vite plats et peu attachants. À commencer par Vincent, mais dans son cas, encore, c’est sans doute largement voulu, tant il n’a de goût ni d’intérêt pour rien au départ. Une coquille vide qui erre dans un univers qui le dépasse. Pour les autres, c’est déjà plus problématique.
En fait, ils obéissent principalement à des archétypes bien définis, mais sans chercher à les dépasser. Nous avons le héros amnésique qui ne sait pas quoi faire, l’unique ami plein d’humour, le conseiller peu présent, etc… En soi, l’utilisation d’archétypes n’est pas un problème, évidemment, mais ici, on a vraiment du mal à s’attacher, s’identifier, bref, à les trouver intéressants hors de l’histoire.
Cela dit, ils servent parfaitement bien le déroulement de l’histoire en question, et se révèlent donc efficaces, à défaut d’être vraiment intéressants.

Enfin, sans doute le problème qui fait vraiment du tort au livre selon moi : un certain manque de rythme. Le roman fait à peine 300 pages, et il vous en faudra près de 100 pour que l’élément déclencheur noté dans le synopsis apparaisse… D’ici là, vous passerez le temps à voir Vincent errer sans but, se lamenter, bref, devenir une loque humaine dont la vie est seulement un peu illuminée par son seul ami. Je ne demande pas non plus qu’on amène le déclenchement de l’histoire dès la première page, mais presque le tiers pour ça…
Le problème étant que cela ne s’arrange pas vraiment après, on se perd régulièrement dans des descriptions plus ou moins utiles et des errements, et il faut attendre que le mystérieux interlocuteur de Vincent le contacte pour que ça accélère un peu.
Un point que n’arrangent pas les dialogues à plus de deux personnages, qui sont écrits de façon proche du théâtre. Ce qui n’a pas grand chose à faire dans un roman.

Imaginons un dialogue entre X, Y, et Z, il sera écrit comme suit :

- Bla bla [X parle]
Y :
- Dialogue de Y
- Réponse de X
Z :
- Dialogue de Z

Aucune phrase pour introduire l’arrivée du personnage dans le dialogue, donc…

Malgré tout, donc, si l’auteur a ici du mal à gérer son univers et son rythme, et que quelques autres légers défauts de forme peuvent apparaître (fautes d’orthographes restées, mots ou lettres qui manquent…), on parcourt ces 284 pages avec un certain plaisir, tant l’histoire est réussie et qu’on se demande jusqu’au bout quel est le fin mot de l’histoire.
Clairement pas le meilleur de la science-fiction, francophone ou non, mais une série B sans prétention sympathique, et dont les efforts sur l’univers laissent clairement à penser que Anthony Boucard a de grands moments devant lui, surtout s’il réussit à mieux doser l’histoire, l’univers, et le rythme.
Bref, un début prometteur dans la science-fiction, à défaut d’un grand roman. Et c’est déjà pas mal, non ?

Merci à LivrAddict et Atria pour ce partenariat =)

5 mars, 2014 à 17:52 | Commentaires (0) | Permalien


Remember Me

remember-me-jaquette-ME3050088989_2Éditeur
Capcom

Développeur
Dontnod Entertainment

Genre
Action

Supports
PS3/XBox 360/PC

Date de sortie
7 juin 2013

PEGI
16+

Synopsis
Neo Paris, 2084. Alors que Memorize a la main mise sur les souvenirs de la population mondiale grâce à son système Sensen, la résistance de Edge et ses Erroristes se voit porter un coup presque fatal. L’une des Erroristes, Nilin, réussit à s’évader de la Bastille, mais a vu sa mémoire effacée…

Image de prévisualisation YouTube

Avis
S’il y a bien un domaine où les Français ont toujours vu leur talent s’épanouir, c’est bien le jeu vidéo. Et Remember Me l’illustre bien, comme le firent pas mal d’autres avant lui.

Certes, le jeu ne sort pas des sentiers battus côté gameplay. C’est un jeu d’action classique et assez couloir, où on tape sur les ennemis, saute un peu partout, et on résout quelques petites énigmes pour avancer. La seule originalité viendra, dans ce domaine, de la possibilité de fabriquer ses propres combos en débloquant des Pressens, qui ont différents effets (puissance de frappe, régénération de santé, accélération de la régénération des pouvoirs spéciaux…).
Bref, rien de méchant pour qui est un minimum habitué au genre. Mais le fait est que c’est très propre, très efficace, sans bugs, et porté par un doublage français assez réussi.

Là où Remember Me est original et réussit à se démarquer de plusieurs jeux du même genre, c’est par son scénario, dont l’écriture a été débutée par Alain Damasio (La Horde du Contrevent), et achevée par Stéphane Beauverger (Le Déchronologue). Damasio s’étant lancé dans son nouveau roman, il n’avait plus le temps de terminer son scénario. Mais bref.
Nous avons donc là une dystopie dont les souvenirs et l’hyperconnectivité sont le cœur. Un sujet d’actu, entre l’essor des réseaux sociaux, ce qu’on y met, la surveillance exercée dessus, et les objets connectés qui arrivent… De plus, on soulève aussi la question de savoir ce qui est acceptable, jusqu’où on peut aller pour ne cause en laquelle on croit. C’est à la fois un combat pour une liberté et une quête personnelle pour Nilin. Et c’est fort bien écrit, même si on regrettera l’inutilité totale de Tommy et Olga, qu’on peut penser importants au départ, et qui ne font que passer dix minutes sur tout le jeu…

Remember Me est donc un jeu d’action efficace, au scénario intelligent qui dévoile ses effets en temps voulu et ne manque pas de révélations surprenantes, même si on reste dans certaines balises de la SF. En tout cas, si vous aimez l’action et la bonne écriture, c’est tout à fait recommandable.

27 janvier, 2014 à 19:19 | Commentaires (0) | Permalien


J.K Rowling revient à Harry Potter

jkr-photo_new_debra-hurford-brown-j.k.-rowlingJe vous avais déjà dit que J.K Rowling n’excluait pas de revenir un jour à sa saga culte si elle trouvait des idées intéressantes à exploiter. Et il semblerait que ce soit le cas, finalement, car elle va livrer une préquelle à la série.

Bon, ne vous excitez pas trop non plus, hein. Il s’agira en effet simplement d’une pièce de théâtre se concentrant sur Harry avant ses onze ans et son arrivée à Poudlard.

Inutile donc d’espérer l’histoire de Rogue, ou de Poudlard et ses fondateurs. Mais comme elle le dit elle-même, il ne faut jamais dire jamais. Peut-être s’y mettra-t-elle par la suite, après avoir repris pied dans l’univers. Et après avoir fini avec sa saga policière sous pseudo, aussi.

Bien évidemment, pas encore de casting, ni de lieu ou date de représentation, ni même l’ombre d’une adaptation francophone. Mais le principal est là : Harry Potter est de retour, après tout.

20 décembre, 2013 à 20:42 | Commentaires (2) | Permalien


Jon Shannow : L’Intégrale de la Trilogie

1105-10ans-shannow_orgAuteur
David Gemmell

Genre
Fantasy/Western/Post apo

Éditeur
Bragelonne

Nombre de pages
744

Année de parution
2011

Synopsis
Dans un monde où la civilisation a été remplacée par une ère de barbarie et de cruauté, un homme solitaire est en quête de rédemption. Son nom est Jon Shannow.
Pour une raison qu’il ignore, il semble avoir éveillé la colère d’Abaddon, le chef d’une gigantesque armée de fanatiques religieux pratiquant le sacrifice humain afin d’apaiser les Pierres de Sang, morceaux d’étoiles dotés d’étranges pouvoirs.
Mais Abaddon a commis une erreur : il a enlevé la seule femme qui compte aux yeux de Jon Shannow. Pour la sauver, l’homme errant est capable de remuer le ciel et la terre… et l’enfer.

Avis
Imaginez Clint Eastwood, avec son poncho et ses revolvers, dans un monde post-apocalyptique où l’on trouve aussi des traces de magie. C’est bon, vous l’avez en tête ? Alors, vous avez Jon Shannow. Parce que David Gemmell, ici, mélange allègrement le western au fantastique et à la fantasy, saupoudrant tout ça de bon nombre de questions sur le Bien et le Mal, notamment par l’intermédiaire de la religion, Jon étant un fervent chrétien qui cite souvent la Bible. Et se pose beaucoup de questions, donc, autant à son sujet qu’à celui des écritures.

Mettons les choses au clair tout de suite : Jon Shannow est un tueur. Un homme qui ne connaît qu’une façon de s’opposer au Mal et à la violence : faire parler les revolvers. Et Abbadon l’apprendra, avec ses Enfants de l’Enfer, à ses dépens…
Davi Gemmell nous plonge dans un univers digne d’un Mad Max imaginé comme un western, et c’est fort réussi. Comme toujours, c’est rapide et percutant, et les codes du genre sont bien réutilisés, on suit Jon dans sa quête de Jérusalem, de paix et de vengeance avec grand intérêt, même si le côté religieux est peut-être parfois trop présent. Cela dit, il apporte un grand intérêt dans les tourments moraux de Jon.

L’univers se complexifie dès le tome 2, avec l’arrivée d’univers parallèles et l’importance des choix et de leurs conséquences. Un choix de Gemmell qui en rajoute dans la caractérisation de Jon, noircit encore un peu l’univers, et offre plus de dilemmes. Une très bonne idée, d’autant qu’il ne se perd pas dans le concept.
Malheureusement, au-delà de ça, les tomes 2 et 3 n’atteignent que rarement la portée du premier. Notamment le 3 qui, s’il démarre bien avec un petit côté Pale Rider et offre un très bel épilogue, se révèle vite plus faible et lent que les précédents. Mais pas de quoi trop bouder, Gemmell sait rester assez efficace tout de même.

Tout ça pour dire, donc, que cette trilogie est vraiment très sympathique dans son genre, sans pour autant être exceptionnelle, et offrira de bons moments de lecture à qui voudra se lancer dans cet univers.

8 décembre, 2013 à 20:43 | Commentaires (2) | Permalien


The Bone Season adapté au cinéma

The Bone Season adapté au cinéma dans Adaptations et projets avec auteurs à venir the-bone-season-samantha-shannon1Et c’est Andy Serkis qui soutient le projet avec la 20th Century Fox, via sa société de production, The Imaginarium.

The Bone Season adaptera donc le livre du même nom, écrit par Samantha Shannon. Mais si, souvenez-vous, c’est la jeune femme présentée comme la nouvelle J.K Rowling et à qui Bloomsbury (éditeur des Harry Potter, justement) a signé un chèque à six chiffres avant même qu’on sache quoi que ce soit sur The Bone Season.
Les détails sont par ici pour les intéressés.

Concernant donc The Bone Season, on s’oriente vers une saga en sept tomes (tiens, ça ne vous rappelle rien ? ^^) suivant les péripéties de Paige Mahoney dans le Londres de 2059 pour échapper à un gang intéressé par ses dons de voyance, ainsi qu’au gouvernement…

Gageons que le tout sera vite compliqué par des menaces et des enjeux bien plus importants…

Le tome 1 est donc sorti en VO le 20 août 2013 et devrait arriver en français en mai 2014.
Aucune date n’est évidemment encore annoncée pour le film. On souhaite en tout cas autant à Bloomsbury qu’à Samantha Shannon que le coup marketing ait été réussi et que ça devienne aussi apprécié voire culte que Harry Potter. Ce qui est évidemment loin d’être gagné.

24 octobre, 2013 à 11:53 | Commentaires (1) | Permalien


123