Bienvenue dans un monde d'écriture

Guillermo Del Toro confirme Dark Universe !

Guillermo Del Toro confirme Dark Universe ! dans Adaptations et projets avec auteurs à venir 20081201_guillermodeltoroL’abandon de Bilbo le Hobbit et les difficultés à trouver un éditeur pour inSane, son jeu vidéo, n’entaillent pas vraiment le moral et la dose de travail de Guillermo Del Toro.

Outre l’adaptation série de sa trilogie littéraire, La Lignée, coécrite avec Chuck Hogan, il revient en effet sur son envie de réaliser l’adaptation de Justice League Dark (série DC inédite en France)… Et confirme que le projet est lancé ! Nommé Dark Universe, le film devrait donc réunir la Créature du Marais, Etrigan, Constantine Hellblazer, Deadman, le Spectre, ainsi Zatara et sa fille, Zatanna.

Bon, ne nous excitons pas trop, le projet est tout de même à ses tout débuts, et ils n’en sont qu’au stade de l’embauche du scénariste, sur lequel Del Toro tease un peu en disant qu’il est très bon et qu’il le drague intensivement pour l’amener sur le projet. Lui-même ayant déjà écrit les très grandes lignes.

Là où c’est encore plus intéressant, c’est qu’il nous parle vaguement d’un véritable univers cinématographique pour DC, comme l’a fait Marvel, ce qui pousserait à croire que son film pourrait être lié à ce gros projet.

« Le mouvement a commencé avant [The Avengers]. Ils étaient déjà galvanisés pour lancer la Justice League et ils l’étaient aussi pour faire leur propre univers cohérent… Ils sont vraiment très, très confiants avec Superman, avec ce qu’ils ont. Ils sentent maintenant qu’ils ont deux piliers. Batman et Superman… Il y a les fondations et maintenant, ils peuvent construire dessus. »

Ne reste plus qu’à voir ce que ça donnera. Mais une Ligue de Justice assez sombre vue par Guillermo Del Toro, ça suffit à donner envie, non ?

8 janvier, 2013 à 19:21 | Commentaires (0) | Permalien


La trilogie de Guillermo Del Toro adaptée en série

La trilogie de Guillermo Del Toro adaptée en série dans Adaptations et projets avec auteurs à venir guillermo-del-toroLes voies de la télévision sont décidément impénétrables. La Lignée, trilogie littéraire imaginée par Guillermo Del Toro et écrite avec Chuck Hogan, serait donc sur le point de devenir une série télévisée chez FX. Et si vous voulez savoir le sens de ma première phrase, c’est que l’idée d’en faire un livre avait été lancée après l’échec de l’idée initiale du projet, dont Del Toro voulait faire… une série télé.

L’histoire de vampires du réalisateur de Hellboy a fini par arriver là où il voulait l’amener en premier lieu.

Le duo Del Toro/Hogan devrait écrire le scénario du pilote, réalisé par Guillermo lui-même. En ce qui concerne la durée, le nombre de saisons devrait être défini dès le départ. Del Toro part sur une idée entre trois et cinq saisons. Assez raisonnable dans la mesure où il s’agit donc d’une trilogie à la base.
Guillermo Del Toro compte bien également réaliser le plus d’épisodes possibles quand il aura le temps entre deux projets au cinéma.

Sur ce, petit synopsis du tome 1 de La Lignée.

Depuis son atterrissage à l’aéroport JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ? Lorsque, le soir même, deux cents cadavres disparaissent des morgues de la ville, Ephraïm comprend qu’une menace sans précédent plane sur New York. Lui et un petit groupe décident de s’organiser. Pas seulement pour sauver leurs proches. C’est la survie de l’humanité entière qui est en jeu…

23 septembre, 2012 à 11:02 | Commentaires (0) | Permalien


La Tour Sombre s’écroule encore

La Tour Sombre s'écroule encore dans Adaptations et projets avec auteurs à venir DarkTowerDécidément, ce projet devient plus un running gag qu’autre chose. Rappel.
Ron Howard veut absolument adapter le cycle western/fantasy/fantastique de Stephen King en sept volumes, La Tour Sombre. Universal s’intéresse alors au projet, qui prend une forme bâtarde étrange, à savoir une trilogie cinéma et une série télé qui seraient donc réunies pour adapter tout le cycle. Javier Bardem signe pour le rôle de Roland par la suite.

Quelques temps plus tard, le studio abandonne le projet. Il aurait coûté trop cher. Et on peut raisonnablement supposer que sa rentabilité était un pari risqué, tant le cycle de King est relativement méconnu.
Fin de l’histoire. Du moins chez Universal.

Ron Howard, têtu, garde l’idée et cherche un nouveau producteur. Après plusieurs mois, c’est au tour de la Warner Bros de reprendre le projet, avec option possible de la série sur HBO. L’adaptation semblait donc se relancer, avec cette fois Russell Crowe qui semblait prêt à reprendre le rôle de Roland, Javier Bardem n’étant plus libre.

Hé bien, finalement, la Warner lâche aussi le projet !

Un espoir subsiste cependant encore. Media Rights Capital, boosté par le succès de Ted et avec des accords de distribution avec Warner, serait en effet intéressé. Après tout, jamais deux sans trois…

Un troisième abandon à prévoir ?

Pour régler le problème, si on commençait par se décider formellement pour une forme précise ? Soit on fait sept films, soit on fait une série, mais on oublie le projet bâtard. Ensuite, on confie le tout à Frank Darabont, proche ami de King et qui a déjà adapté deux de ses livres avec La Ligne Verte et Les Évadés. On fait signer Hugh Jackman en Roland (oui, j’y tiens ^^) et on met King à la supervision du scénario et des visuels.

Voilà qui devrait attirer pas mal de monde en plus des fans de la saga, non ?

Ou alors, on va au plus simple, on annule tout.

21 août, 2012 à 12:20 | Commentaires (0) | Permalien


Russell Crowe en quête de la Tour Sombre ?

Russell Crowe en quête de la Tour Sombre ? dans Adaptations et projets avec auteurs à venir rolandEt le feuilleton continue. Ron Howard avait dit qu’il n’abandonnerait pas l’adaptation de La Tour Sombre, la saga en sept tomes de Stephen King, malgré les problèmes qui sont là depuis les premières annonces, il y a deux ans.

Donc, petit rappel des faits, Universal voulait adapter la saga au cinéma. Le projet fut confié à Ron Howard, donc, avec Brian Grazer et Akiva Goldsman à ses côtés. On apprit ensuite le modèle bâtard du projet, avec trois films et deux saisons d’une série télé, puis Javier Bardem choisi pour incarner Roland. Et jusque-là, tout allait bien.

Puis rapidement, les problèmes de budget sont arrivés, le projet a traîné en longueur, et le tout fut finalement officiellement annulé, au grand dam de Ron Howard, qui voulait vraiment faire ce film.
Aussi se remit-il en quête de producteurs, toujours avec Grazer et Goldsman. Et il semblerait que sa quête soit terminée.

La Warner aurait en effet bel et bien racheté les droits et serait sur le point de lancer le projet. Grazer et Goldsman seraient donc déjà en train de plancher sur un nouveau scénario, qui devrait être soumis au studio d’ici deux semaines. Côté casting, Javier Bardem n’étant plus disponible, Russell Crowe aurait récupéré le rôle de Roland.
Quant à la série, aux dernières nouvelles, elle devrait débarquer sur HBO.

Bref, si tout cela s’avère exact, il restera toujours à finir le projet, parce qu’il ne serait alors pas plus avancé qu’avec Universal, pour l’instant. Attendons de voir les annonces prochaines.

PS
J’exige toujours Stephen King surveillant de très près l’adaptation de son cycle majeur, et je veux voir Russell Crowe disparaître pour Hugh Jackman. Cela dit, la première proposition est très probable.

La Tour Sombre enfin érigée au cinéma ?

3 août, 2012 à 9:09 | Commentaires (0) | Permalien


Arrow en photos

Arrow en photos dans Adaptations et projets avec auteurs à venir arrowEt voilà, CW lance maintenant la promo photo de la série Arrow, qui racontera les aventures de l’Archer Vert, l’un des nombreux personnages de DC. Voici donc les photos présentant Stephen Amell avec et sans le costume de l’Archer Vert.

Comme vous pouvez le constater, c’est très sobre, très fonctionnel, assez proche de l’idée qu’on se fait d’un archer médiéval. Pas très vert, mais bon, au moins, ça évite de tomber dans le kitsch.

On se souvient encore du look de Justin Hartley qui interprétait le personnage dans Smallville. Quant au look du comics, en live, je pense que ça ferait aussi un peu ridicule, comme pas mal de costumes de héros ou vilains de comics

Pour l’idée de base, je vous rappelle qu’on se la joue Batman Begins.

Oliver Queen, milliardaire, a disparu pendant cinq ans, avant de finalement réapparaître. Devenu un archer émérite et un spécialiste des arts martiaux pendant tout ce temps, il décide de mettre ses talents au service de la justice…

La diffusion débute donc le 10 octobre aux États-Unis.

Je vous remets également le dernier trailer, déjà visible dans mon précédent article.

Image de prévisualisation YouTube

14 juillet, 2012 à 12:27 | Commentaires (0) | Permalien


The Thing

The Thing dans Critiques d'adaptations ciné/télé The-ThingRéalisateur
John Carpenter

Casting
Kurt Russell, Wilford Brimley, Keith David, David Clennon…

Date de sortie
3 novembre 1982

Durée
1H49

Genre
Fantastique/Horreur

D’après la nouvelle La Chose d’un Autre Monde, dans le recueil Le Ciel est Mort, de John W.Campbell

Synopsis
Antarctique, hiver 1982. Un groupe de scientifiques américains découvre, sur une base norvégienne dévastée, un corps étrange et le ramène à la base pour l’étudier. Mais ils ignorent encore qu’ils ont ramené une forme de vie inconnue et particulièrement dangereuse…

Avis
The Thing est adapté d’une nouvelle de 1934, qui avait déjà été adaptée en 1951, avec La Chose d’un Autre Monde. Mais il y a bien autre chose à quoi le comparer : Alien, de Ridley Scott, sorti trois ans plus tôt.

Alien. The Thing. Ou comment exploiter une même idée de deux façons différentes et marquantes, pour donner naissance à deux perles. Les deux films ont ainsi en commun le huis clos dans un milieu hostile (un vaisseau perdu dans l’espace, une base météo en Antarctique), une équipe réduite sur les lieux, et un âpre combat pour survivre. Mais ça s’arrête là. Là où Ridley Scott nous fait expérimenter la peur et laisse de l’espoir à la fin, John Carpenter nous montre comment faire naître la paranoïa dans un groupe soudé et nous laisse sur une fin amère.

Car c’est bien dans le traitement de la menace que les deux films divergent et font naître deux visions différentes de la peur. Dans Alien, la menace est clairement identifiée, un corps étranger à l’apparence bien spécifique, et chacun peut compter sur les autres pour le couvrir. Ici, ce n’est pas possible, car l’entité prend l’apparence de son hôte jusqu’à ce qu’elle se montre à nouveau. Aucun aspect bien défini, aucun moyen de l’identifier, la menace ne vient plus vraiment de l’extérieur, elle se débrouille pour se masquer à l’intérieur.
Ainsi naissent la paranoïa et la suspicion. Qui est digne de confiance ou pas ? Y a-t-il moyen de l’arrêter ? Ne veut-il pas mieux tuer tout le monde par sécurité ? Les personnages d’Alien sont confrontés à la peur et leur désir de survivre, Carpenter les confronte en plus directement à eux-mêmes, à la peur de l’autre, les heurte à leur morale, et les fait sombrer dans la folie. Là se cache tout l’enjeu du film, avec, au final, une seule question à vraiment poser à soi-même pour chaque personnage : jusqu’où suis-je prêt à aller pour survivre ?

Et ça, chacun l’apprendra durant ce combat…
Avec peu de budget, on peut faire de grandes choses, comme le prouve ce film qui n’a pas vieilli, si ce n’est par la qualité des effets visuels, qui font aujourd’hui très grand guignol, mais offraient leur lot de frayeur à la sortie. Il nous reste tout de même une sublime ambiance de flippe et un développement prenant. Et, quelque part, c’est tout ce qu’on demande à un film du genre, non ? Quand, en plus, il a un fond travaillé, comme c’est le cas ici, c’est encore mieux.

The Thing est un film culte du genre, au même titre que Alien, et c’est mérité dans les deux cas.

1 juillet, 2012 à 17:13 | Commentaires (0) | Permalien


Le clown de retour au cinéma

Le clown de retour au cinéma dans Adaptations et projets avec auteurs à venir caY a-t-il des coulrophobes dans l’auditoire ? Si oui, qu’ils ne lisent pas cet article. Les autres, vous pouvez rester. Et, juste au cas où, non je ne parle pas du retour de Sven Martinek sous le masque du Clown (si vous avez connu les années 90 et l’époque où les Allemands remuaient un peu leurs séries télé, vous saurez de quoi je parle. Pour les autres, il y a Google ;) ).

Bref, vous aurez deviné à l’image, hein, je viens vous parler du clown le plus célèbre de la littérature fantastique, de l’œuvre qui a, selon la profession, contribué à l’éventuelle peur ressentie par pas mal à leur vision, et qui les fait littéralement haïr Stephen King : Ça !

Si le fabuleux et très épais (1500 pages tout de même pour l’ensemble) roman de King a déjà été assez bien adapté avec un téléfilm de trois heures, c’est cette fois le cinéma qui s’intéresse au clown maléfique.

Au menu, deux films réalisés par Cary Fukunaga, scénarisés par lui-même et Chase Palmer. Le tout produit par David Katzenberg et Seth Grahame-Smith avec leur société KatzSmith, pour le compte de Warner Bros. Roy Lee et Dan Lin seront aussi à la production.

Bref, Stephen King a définitivement le vent en poupe à Hollywood en ce moment, tant les projets d’adaptation se multiplient autour de ses livres.

Pour rappel, résumé du livre.

Tout avait commencé juste avant les vacances d’été quand le petit Browers avait gravé sesinitiales au couteau sur le ventre de son copain Ben Hascom.
Tout s’était terminé deux mois plus tard dans les égouts par la poursuite infernale d’une créature étrange, incarnation même du mal. Mais aujourd’hui tout recommence. Les enfants terrorisés sont devenus des adultes. Le présent retrouve le passé, le destin reprend ses droits, l’horreur resurgit. Chacun retrouvera dans ce roman à la construction saisissante ses propres souvenirs, ses angoisses et ses terreurs d’enfant, la peur de grandir dans un monde de violence.

Ça de retour au cinéma

8 juin, 2012 à 17:07 | Commentaires (0) | Permalien


La Tour Sombre se redresse chez Warner ?

La Tour Sombre se redresse chez Warner ? dans Adaptations et projets avec auteurs à venir darktowerJe l’ai déjà abordé, l’adaptation cinéma et télévision (le modèle prévu ayant été trois films et une série dont chaque saison se passerait entre deux films) de La Tour Sombre, la grande saga de Stephen King, n’a finalement pas trouvé suite chez Universal, notamment à cause du budget, étant finalement annulée. Mais Ron Howard n’a jamais lâché l’idée de trouver un producteur.

Les dernières rumeurs concernaient la série, qui intéresserait HBO. Rien de confirmé cependant. Aujourd’hui, on va parler des films. En effet, selon Deadline, le projet serait de retour, cette fois chez Warner Bros. Le studio serait en négociation avec Week Road et Imagine pour lancer au moins un film.

Selon leurs sources, on devrait garder Ron Howard à la réalisation et Akiva Goldsman au scénario (le studio aurait déjà racheté son travail et il aurait été payé pour une réécriture), mais Javier Bardem en Roland ne serait plus acquis. Si l’acteur avait en effet été choisi à la base, il faudrait cette fois que son agenda lui permette de participer, la production débutant, toujours selon Deadline, quelque part au premier trimestre 2013.

Aucune annonce officielle de la Warner, il va falloir attendre pour savoir si ceci va se confirmer ou s’infirmer. Quant au modèle choisi pour l’adaptation, les négociations ne portant apparemment que sur un seul film dans l’immédiat, il est bien trop tôt pour savoir si l’idée films + série sera conservée ou si on part vers une saga uniquement cinéma (ou, pourquoi pas, si ça s’infirme, une série télé uniquement ?). En tout cas, si c’est oui et que Javier Bardem n’est pas disponible, pensez à Hugh Jackman, hein, messieurs les producteurs. Je dis ça comme ça…

En tout cas, la Warner s’intéresse à Stephen King, n’oublions pas que Le Fléau est toujours en cours avec eux. Alors, pourquoi pas La Tour Sombre ?

Warner Bros pour adapter La Tour Sombre ?

13 mars, 2012 à 9:31 | Commentaires (2) | Permalien


J.K Rowling bientôt de retour en librairie

J.K Rowling bientôt de retour en librairie dans Actu JK-Rowling_8Hé oui, 5 ans après Harry Potter et les Reliques de la Mort, on va revoir le nom de J.K Rowling dans les rayons des librairies.

Et, NON, il ne s’agit pas d’une énième réédition de Harry Potter ! Ni même d’un second volume des Contes de Beedle le Barde, ni d’un livre reprenant le contenu de Pottermore, malgré l’intérêt vu la lenteur d’ouverture du site (oui, je trolle gentiment et gratuitement :D ) ou de quoi que ce soit qui soit lié de près ou de loin à nos célèbres sorciers.

Il s’agira en effet d’un livre original, et à destination des adultes. Côté infos, on devra se contenter de ça, ainsi que de l’éditeur, qui n’est pas Bloomsbury. Ce sera cette fois chez Little, Brown Book Group.

Ce changement d’éditeur étant expliqué par la principale intéressée de la façon suivante.

« Bien que j’aie pris autant de plaisir à l’écrire, mon prochain livre sera très différent de la série des Harry Potter, qui a été publiée avec le brio que l’on sait par Bloosmbury en Angleterre et par mes autres éditeurs partout dans le monde. La liberté d’explorer de nouveaux territoires est un cadeau que je dois au succès de Harry Potter, et pour ce nouveau territoire, il m’a paru logique d’avoir un nouvel éditeur. »

Bref, finalement, J.K Rowling va se chercher un nouveau défi et ne pas rester sur le succès et les bénéfices de Harry Potter. Et c’est tout à son honneur, ne reste qu’à savoir de quoi elle va nous parler, cette fois :D

J.K Rowling de retour, et pour les adultes

23 février, 2012 à 16:27 | Commentaires (1) | Permalien


Chronos

La Grande Horloge dominait la ville de toute sa hauteur, majestueuse, visible par tous, de même que ses cadrans. L’un d’eux montrait l’heure, mais les autres étaient plus étranges, leurs aiguilles semblaient se déplacer de façon erratique, parfois avançant, parfois reculant… Personne ne comprenait à quoi ils servaient, et ceux qui avaient tenté de le savoir avaient totalement disparu. Les Gardiens du Temps étaient venus les chercher après avoir appris qu’ils posaient des questions au sujet de la Grande Horloge, et les avait emmenés. Puis les familles avaient reçu une lettre disant que la personne emmenée était simplement partie, sans rien, pour repartir à zéro, ailleurs, loin d’eux…

Si personne n’était vraiment dupe au point de se laisser prendre à un mensonge aussi grossier, personne n’osait courir le risque de chercher ce qui était arrivé à tous ces gens. Et, rapidement, le mystère qu’est la Grande Horloge resta dans les esprits, mais jamais la moindre question ne fut plus posée en public. Les archives autorisées n’en disaient pas grand chose, de leur côté. Tout au plus apprenait-on qu’elle avait été bâtie bien des siècles plus tôt par une civilisation aujourd’hui vraisemblablement disparue, et que ses fonctions n’étaient plus connues de personne depuis. On pouvait aussi lire que les Gardiens du Temps ont existé dès la fin de la construction, et qu’on leur a confié comme mission de protéger la Grande Horloge et ses secrets, jusqu’à la fin des temps… La civilisation originelle n’était plus là, mais l’ordre des Gardiens, lui, continuait, et remplissait son devoir par tous les moyens. Si quelqu’un savait ce que cachait la Grande Horloge, c’était eux.
En sortant des archives, les questions se bousculaient dans la tête de Michael. Pour cet ancien policier qui a toujours placé la vérité par-dessus tout, la Grande Horloge ne pouvait rester un mystère insondable, à la seule disposition d’une petite poignée de personnes. Il lui fallait accéder aux secrets des Gardiens, mais les dirigeants étaient bien incapables de l’aider, l’ordre étant indépendant, et frapper à leur porte pour poser des questions s’apparentait surtout à un suicide.

Il lui fallait s’introduire à l’intérieur. L’étude des rondes des Gardiens du Temps finit par lui faire voir une ouverture, un accès par les conduits d’aération, qu’il décida d’exploiter. Après plusieurs minutes difficiles, il sortit enfin du conduit, décidé à savoir tout ce que cachaient la Grande Horloge et ses gardiens. Ce qu’il vit le subjugua. Des formes éthérées et indéfinissables flottaient dans les couloirs de l’horloge, remplis de cristaux qui semblaient faire tourner les cadrans auxquels ils étaient reliés. Certains s’éteignaient, d’autres se rallumaient, créant un kaléidoscope de lumières et de couleurs toujours incompréhensible aux yeux de Michael.

Après quelques secondes de contemplation, il reprit ses esprits et décida de trouver un uniforme. Traversant plusieurs des formes indéfinies, il réussit à aller jusqu’à un vestiaire sans se faire voir, et à enfiler un uniforme des Gardiens du Temps. Son exploration pouvait vraiment débuter. Chaque étage renvoyait le même décor, à des échelles et couleurs différentes. Seuls les deux derniers étaient différents. L’avant-dernier étage était composé des bureaux de l’ordre, où s’entassaient des dossiers sur d’éventuels dissidents. On pouvait aussi observer l’immensité de la ville à travers la baie vitrée qui entourait l’étage. Soudain, un gardien surgit du couloir en face de Michael, qui resta pétrifié. En partie par crainte d’être découvert, mais surtout par ce qu’il voyait.
Le Gardien du Temps ne portait pas son casque, et son visage aurait terrifié n’importe qui. Son orbite gauche était vide et on distinguait l’os autour. Tout son côté droit était ridé, mais le gauche était assez jeune, une partie de ses lèvres avait disparu, et ses cheveux étaient parsemés de quelques mèches blanches… Il semblait à la fois jeune et vieux, vivant et mort, perdu dans les méandres du Temps. Après son passage, Michael reprit ses esprits tant bien que mal avant d’atteindre le dernier étage, celui qui cachait tous les secrets de la Grande Horloge. L’endroit ressemblait à une salle de contrôle, avec des moniteurs partout et des données qui défilaient. Au cœur de la salle principale, un poème.

Gardiens de l’œuvre de Chronos
Observez les ravages du Temps
Veillez sur son bon fonctionnement
Protégez bien ses secrets
Ainsi que la vérité
Et Chronos deviendra un jour Thanatos

Tout s’éclairait pour Michael. La Grande Horloge avait pour but d’égrener les heures qui séparaient chacun de la mort. Chronos était Thanatos, le Temps était la Mort, une mort lente et inarrêtable, et l’arrêt d’un cadran signifiait la mort d’une personne. L’arrêt de l’horloge serait la fin des temps… Les formes éthérées étaient sans doute les âmes de ceux qui étaient encore vivants, qui perdaient de leur éclat à mesure que le cadran avançait, et les Gardiens du Temps étaient prisonniers des limbes temporelles, appartenant à tous les temps à la fois.
La vérité lui était connue, il lui fallait maintenant la raconter, faire comprendre ce qu’était la Grande Horloge. Mais il était trop tard. Les systèmes de sécurité, invisibles et insonores, avaient fait leur office et il était surveillé depuis qu’il avait commencé à gravir les étages dans son uniforme. Les Gardiens du Temps s’emparèrent de lui rapidement, avant de lui faire comprendre que la vérité ne devait pas sortir, et qu’il allait devenir à son tour un des leurs, à jamais lié à la fois au Temps et à la Mort, à Chronos et Thanatos, qui sont liés et une seule entité jusqu’à la fin des temps…

31 janvier, 2012 à 18:37 | Commentaires (0) | Permalien


123