Bienvenue dans un monde d'écriture

Photos officielle de Boule & Bill

Photos officielle de Boule & Bill dans Adaptations et projets avec auteurs à venir bouleetbillMais qu’ont donc fait les auteurs de bande dessinée aux Dieux de la Création pour ainsi se retrouver maudits génération après génération par un producteur avide qui décide d’immoler leurs planches à travers un film naze pour engranger du fric comme jamais ??

Je vous avais déjà annoncé l’adaptation de Boule et Bill, puis ce fut, plus tard, le tour des premières photos sur le tournage.

Aujourd’hui, c’est au tour des photos officielles de tomber, avec la date de sortie.

Et ce sera donc le 6 février 2013 que nous assassinerons Jean Roba dans sa tombe.

Oui, je pronostique déjà cela.

Pourquoi ?
Le casting ne ressemble à RIEN.
Mettre Dubosc là-dedans fait juste partie des pires idées possibles (il faut croire qu’en France, si vous n’avez pas lui, Kad Merad, ou Danny Boon, votre film est d’office considéré comme nullissime…).
Boule et Bill est une BD basée sur le strip comic et et ses gags en une ou deux planches dans un univers plutôt limité. RIEN qui se prête donc au jeu du long métrage !

Alors oui, je crains fort que l’on se retrouve devant une belle daube annoncée.
Je peux avoir tort, évidemment, mais là, j’en doute…

Photos de Boule et Bill

31 mai, 2012 à 18:40 | Commentaires (0) | Permalien


Christopher Paolini revient à L’Héritage

Christopher Paolini revient à L'Héritage dans Actu ChristopherPaolini300Christopher Paolini, à l’occasion de la sortie du quatrième tome de sa saga L’Héritage, s’est livré à l’exercice de l’interview.

On y apprend son processus créatif et ses habitudes de travail, mais on a surtout deux nouvelles particulièrement intéressantes au sujet de la saga.

D’abord, contrairement à ce qu’on imaginait, L’Héritage n’est pas une saga terminée avec ce quatrième tome, qui n’est que la conclusion d’un cycle, et un cinquième volume va arriver.

Et surtout, il aimerait, quitte a adapter à nouveau ses livres, tout reprendre depuis le début, le film Eragon traduisant plus la vision des équipes du film que la sienne. Doux euphémisme pour dire que ce film n’était finalement qu’une sombre merde…

Une interview intéressante, donc, dont vous pouvez lire l’intégralité ici.

17 mai, 2012 à 11:42 | Commentaires (3) | Permalien


La Communauté du Sud ne se réunira plus

La Communauté du Sud ne se réunira plus dans Actu Charlaine_HarrisTriste nouvelle pour les fans de bit-lit, car une des séries phares du genre actuellement va s’arrêter.

En effet, Charlaine Harris a, depuis sa page FaceBook, annoncé que sa saga La Communauté du Sud, bien connue également par son adaptation série True Blood, s’arrêtera avec le 13e tome, Dead Ever After, qui paraîtra en mai prochain.

Un choix artistique, Harris estimant n’avoir plus rien à dire à l’issue de ce volume, et qu’une suite se ferait de mauvaise grâce, venant entacher la série. Autant dire que ça serait un cadeau empoisonné.

Elle va donc désormais se consacrer au casting des personnages qui arriveront dans la nouvelle adaptation. À moins d’une erreur de traduction où on parlerait plutôt de la nouvelle saison de la série, il semble donc qu’une nouvelle adaptation soit en route.

Nouvelle série plus proche des livres ? Films ?

Il sera toujours temps d’en parler plus tard.

Fin programmée pour les pérégrinations de Sookie, donc, et pas encore de nouveau projet en gestation chez Charlaine Harris.

Fin pour La Communauté du Sud

16 mai, 2012 à 12:32 | Commentaires (4) | Permalien


Les Schtroumpfs récidivent au cinéma !

Les Schtroumpfs récidivent au cinéma ! dans Adaptations et projets avec auteurs à venir les-schtroumpfsL’auteur de ces lignes décline toute responsabilité quant aux éventuels accidents/suicides/morts brutales/crises cardiaques provoqués par l’annonce qui va suivre ! Voilà, ça, c’est fait. Ah oui, et cet article est, pour le coup, subjectif à l’extrême.

Vous voyez cette « magnifique » image ? Vous vous souvenez de cette per… de chef-d’… Rien à faire, ça ne sortira pas. Vous vous souvenez de cette merde qui violait littéralement l’âme de Peyo et immolait son cadavre, ainsi que chacune de ses planches ? Non ? Bon, votre mémoire sélective fonctionne bien, parfait.

Hé bien, sachez que Sony Pictures n’est pas décidé à oublier, en tout cas !
Hé oui, ce truc immonde a réussi à générer 563 millions de dollars de recettes internationales. Conséquence ? On s’offre une suite, et ça sort le 31 juillet 2013. Le casting du premier film est de retour, avec quelques nouvelles têtes.

Mais ça ne s’arrête pas là, oh non. En effet, Sony nous annonce carrément déjà un épisode 3 ! Karey Kirkpatrick et Chris Poche ont déjà rempilé pour son scénario, après avoir signé celui du 2.

C’est là que je me dis qu’il est très heureux que Dragon Ball Evolution ait reçu un accueil à la hauteur de sa qualité (c’est-à-dire plus basse encore que Ed Wood signant un film avec Chuck Norris et Steven Seagal scénarisé et monté par Godfrey Ho) et que le projet de trilogie soit tombé aux oubliettes. Au moins, Akira Toriyama ne sera pas souillé plus longtemps. Mais Peyo, lui, doit être maudit !

Les Schtroumpfs, deux films de plus

13 mai, 2012 à 18:36 | Commentaires (0) | Permalien


George R.R Martin débordé de projets

George R.R Martin débordé de projets dans Actu georgerrmartinNe parlez surtout pas de retraite à George R.R Martin ! Si c’est un sujet que pas mal évoquent à son âge (64 ans cette année), lui déborde de projets et et littéralement hyperactif, sans doute bien plus que nombre de personnes.

Si on le savait occupé avec l’écriture du tome 6 du Trône de Fer, The Winds of Winter, et par la série adaptée dont il est co-producteur, c’est loin d’être ce qui prend l’ensemble de son temps.

Jugez plutôt.
Il est donc au travail sur le tome 6 de sa saga, et n’en dira pas plus à ce sujet. Côté série, il a terminé et déposé le script de son épisode de la saison 3, Autumn Storms. Ce sera le septième épisode de la saison en question. Pour rester dans la série, il regarde également des auditions toutes les nuits, le casting étant en cours pour les personnages qui apparaissent dans cette saison 3.

Mais c’est loin d’être tout, donc…
On le retrouve côté livres pour trois anthologies. Rogues, qui mélangera les genres. Ainsi que Old Mars et Old Venus, qui seront dédiées à la rétro SF.

Enfin, quelques projets sont en route autour du Trône de Fer.
Les calendriers 2013 de Marc Simonetti sont prêts, George les a reçus, et on les trouvera à la prochaine Comicon de San Diego, à laquelle il participera. Il a également reçu des esquisses pour ceux de 2014, signés Gary Gianni.
Les deux derniers projets étant sans doute les plus gros et les plus intéressants. Son travail sur le livre de cartes The Lands of Ice & Fire est terminé, aux artistes et cartographes d’achever le contenu, et il travaille aussi sur une encyclopédie de sa saga, The World of Ice & Fire.

Vous comprenez sans doute mieux à présent l’attente entre deux tomes du Trône de Fer rien qu’en VO ;)
Qui a dit overbooké ?

George R.R Martin multiplie le travail

13 mai, 2012 à 17:39 | Commentaires (0) | Permalien


Watchmen : Les Gardiens

Watchmen : Les Gardiens dans Critiques d'adaptations ciné/télé watchmenRéalisateur
Zack Snyder

Casting
Jackie Earle Healey, Patrick Wilson, Malin Akerman, Matthew Goode, Billy Crudup, Jeffrey Dean Morgan, Carla Gugino, Stephen McHattie…

Date de sortie
4 mars 2009

Durée
2H43

Genre
Action/Fantastique/Uchronie

D’après le comics Watchmen par Alan Moore et Dave Gibbons

Synopsis
1985. Richard Nixon est dans son cinquième mandat présidentiel. Les tensions avec l’Union Soviétique sont de plus en plus présentes, les super héros ont raccroché le masque sous peine d’être considérés comme hors la loi. Mais quand Eddie Blake alias le Comédien est assassiné, le dernier d’entre eux encore actif, Rorschach, tente de reformer l’ancien groupe des Watchmen pour neutraliser ceux qui s’en prendraient aux héros.
Ils sont les gardiens de l’Humanité. Mais qui peut veiller sur ces gardiens ?

Avis
Journal de Rorschach, 12 octobre 1985.
Ce soir, un Comédien est mort à New York…

Point de départ d’une grande uchronie (ai-je besoin de vous le dire quand on voit Nixon président en 1985 ? :D ) qui vient démythifier le super-héros. Car, oui, avec Watchmen, ne vous attendez pas à voir un film de super héros typé Marvel ou même DC (enfin, ils ont édité le comics, donc, ne vous attendez pas à Superman et aux autres, quoi ^^).
Imaginez plutôt Batman qui péterait un câble et irait jusqu’au bout de ses envies de châtiment envers les criminels, avec les autres qui ne savent pas vraiment comment gérer. Vous y êtes ? C’est ce que vous aurez donc régulièrement dans le film, notamment avec Rorschach et le Comédien.

Même si le but de base des deux groupes (le groupe des Watchmen en 1985 et celui des Minutemen de 1945, démantelé depuis longtemps et dont seul le Comédien était encore actif) est classique et connu (protéger l’Humanité), les héros, eux, n’ont rien de tout ça. Ils sont au contraire humains, dans leur imperfection et leurs actes. On est même parfois à la limite du psychopathe.

Ce qui m’amène d’ailleurs à un point qui pourrait importer à pas mal. Le film est interdit aux moins de 12 ans. Et il faut bien avouer que la violence est omniprésente et bien barbare, notamment dans une certaine séquence à la prison… Comme un rappel de la nature profonde de l’être humain et de la naissance des traumatismes de plusieurs personnages.
Le regard même des héros sur la vie et la société est un regard blasé, celui d’hommes qui ont vu trop de choses pour espérer que ça s’arrange, et qui cachent leurs failles derrière leurs masques, au sens littéral comme au sens figuré.
Rorscach laisse exploser sa vraie nature quand il porte son masque (qu’il considère comme son vrai visage), le Comédien tente de cacher ses craintes derrière son cynisme et sa bestialité avant que tout le rattrape, et le Dr Manhattan est tellement omniscient qu’il en vient à se détacher lentement de l’espèce humaine et à se foutre de plus en plus de ce qui peut arriver.

Joli groupe de héros, n’est-ce pas ?
Tout ça se ressent aussi dans les dialogues, où ils crachent tout leur venin, comme pour dire « ce monde est déjà foutu, alors, inutile de faire des compromis ». Tout y passe, de la société au rêve américain, et la fin elle-même, avec le fin mot de l’histoire, force à s’interroger.
La fin justifie-t-elle les moyens ? La paix ne peut-elle être créée que sur une illusion ? Là, ce sera à vous de voir dans quel camp vous vous situez, je ne vais même pas vous spoiler le pourquoi du comment ;)

Watchmen est une claque visuelle et sonore (la BO est à tomber) qui, en plus de vous fournir un pitch de base et une action digne de tout classique des super héros, vient exploser le mythe, le réduire à l’état d’humain, pour mieux montrer des héros « réalistes » et bien schizophrènes, partagés entre leur vie, leur identité secrète, et leurs problèmes en vrac, notamment psychologiques, où personne n’est épargné, dans le film comme en dehors.
Bref, un très bon film, bien qu’il souffre parfois de quelques petites longueurs et d’une certaine confusion du fait que l’histoire n’est absolument pas chronologique, mais on finit par s’y retrouver, on ne s’ennuie pas, et on réfléchit. Que demander de plus ?

9 mai, 2012 à 11:58 | Commentaires (4) | Permalien


Réalisateur confirmé pour Hunger Games II

Réalisateur confirmé pour Hunger Games II dans Adaptations et projets avec auteurs à venir The-Hunger-GamesVous vous en souvenez sans doute, Gary Ross ne réalisera pas Hunger Games II : L’Embrasement. Et il était urgent de lui trouver un remplaçant, les producteurs voulant lancer assez rapidement l’adaptation du deuxième livre.

Hé bien, c’est réglé :D
Si quelques noms circulaient un peu partout, le choix du studio s’est porté sur Francis Lawrence, déjà réalisateur d’une adaptation avec Je suis une Légende, qui a accepté de mettre en scène ce deuxième film.

Le casting, quant à lui, ne devrait pas changer, et le tournage devrait débuter cet automne, pour une sortie, sans doute, en 2013, avant d’enchaîner avec l’adaptation du troisième volume. Troisième volume dont la rumeur dit qu’il serait adapté en deux films, nous verrons bien le moment venu si les studios cèdent à la mode initiée par Harry Potter et poursuivie par Twilight d’adapter l’ultime volume en deux films ;)

Francis Lawrence pour réaliser Hunger Games II : L’Embrasement

7 mai, 2012 à 12:13 | Commentaires (0) | Permalien


Nouvelle bande-annonce pour The Dark Knight Rises

On approche de la conclusion de la trilogie Batman version Christopher Nolan.
Et la Warner nous livre donc à cette occasion une nouvelle bande-annonce, qui montre tout le caractère épique donné à cette conclusion, avec l’arrivée de Bane et Catwoman, et du plus grand défi pour Batman dans la période Christian Bale.

Mais bref, j’arrête mes bavardages, je vous laisse avec la vidéo :D

Image de prévisualisation YouTube

 

1 mai, 2012 à 11:25 | Commentaires (0) | Permalien


Lucky Luke

Lucky Luke dans Critiques d'adaptations ciné/télé lucky-luke-17240-1287865133Réalisateur
James Huth

Casting
Jean Dujardin, Daniel Prévost, Alexandra Lamy, Sylvie Testud, Michaël Youn, Melvin Poupaud, Bruno Salomone (voix de Jolly Jumper)…

Date de sortie
21 octobre 2009

Durée
1H44

Genre
Comédie/Western

D’après le personnage de Lucky Luke, créé par Morris et René Goscinny

Synopsis
Délégué par le président américain pour sécuriser Daisy Town afin de pouvoir faire la jonction du chemin de fer est-ouest, Lucky Luke retourne dans sa ville natale désormais dominée par l’escroc Pat Poker. Hanté par de vieux démons, il voit ses ambitions d’y faire le ménage bientôt contrariées par l’arrivée de vieux ennemis.

Avis
C’est pas possible…
Non, sérieusement, à ce stade, il doit y avoir une clause dans les contrats concernant les adaptations de BD franco-belges qui dit que l’adaptation doit être au moins un peu foirée. Et seul Alain Chabat y a à ce jour échappé avec son Mission Cléopâtre, là. Même Jérôme Salle s’est senti obligé de saloper un peu la BD Largo Winch avec son film qui n’est pourtant pas si mal…

Mais là…
J’aimerais en fait qu’on m’explique où est l’adaptation exactement !!! Ce truc informe n’a de Lucky Luke que son titre, les noms et looks des personnages, et quelques vagues références de temps en temps. Au-delà de ça, il n’y a RIEN !
Je soupçonne que quelqu’un a en fait écrit le scénario d’un western hyper basique sans prétention et que le studio s’est dit que ce n’était pas bankable. Jusqu’à ce qu’un obscur petit crétin jamais à l’abri d’une connerie balance un truc du genre :

- Hé, les mecs, c’est un western, hein ? Bah, on achète la licence Lucky Luke et on la balance là-dedans, ça attirera du monde, non ? Elle est pas bonne, mon idée, dites, dites ??

Si ce type a existé, ne me le présentez pas, j’aurais envie de lui coller des rafales de baffes en lui demandant si il pouvait pas la fermer ce jour-là. Parce qu’on a clairement fait entrer la licence à coups de forceps !
Vous connaissez la BD ? OUBLIEZ-LA !

Sérieusement, c’est le seul moyen de voir un peu d’intérêt dans ce machin, tant le côté adaptation est nullissime et le côté western suffisamment sympa pour qui n’est pas un gros amateur du genre.
Au fait, oubliez aussi la mention « comédie ». Oui, autant la BD est drôle, autant ce truc immonde ne l’est absolument pas ! C’est à peine si j’ai souri une ou deux fois, tant le niveau est bas. Sans même parler des personnages…

Jean Dujardin est convaincant, mais son personnage n’a RIEN À VOIR avec Lucky Luke !
Vous voyez le cow boy nonchalant, chaleureux, qui aime rigoler ? Oui ? Oubliez. Ici, vous aurez droit à un personnage sombre, torturé par le meurtre de ses parents, froid, cynique, et pas loin d’être totalement barge.
Ah oui… J’ai bien dit « torturé par le meurtre de ses parents », hein, pas la peine de relire. Parce que oui, pour bien faire, il fallait situer le personnage, ce que Morris et Goscinny n’ont JAMAIS osé faire. Vous assisterez donc au meurtre des parents de John Luke, dont il ne s’est jamais remis, et d’où vient sa volonté de ne jamais tuer (merci à Batman pour l’idée au passage, d’ailleurs, hein).

Ah, le nom vous pose problème ?
Oui, le scénariste débile s’est dit que Luke était le nom de famille et qu’il lui fallait donc un prénom… Mais bon sang, Lucky Luke, ça veut dire Luke le Chanceux, c’est donc un nom de famille qui lui manque !! Et puis, c’est quoi, ça, John Luke ? Pourquoi pas Jean-Luc, tant qu’on y est ? Ah, désolé, ça donne ça si on francise, en fait…

Pour en rester aux personnages, si Daniel Prévost compose physiquement un très bon pat Poker, il est totalement inexistant côté jeu ! Plat, nul, sans intérêt. Calamity Jane et Jesse James débarquent de nulle part, de vrais deus ex machina. Mais le pire reste bien de voir un Jesse totalement hystérique et ridicule !! Sylvie Testud en Calamiy Jane et Michaël Youn en Billy the Kid sont heureusement enfin assez fidèles (bon, Youn est un peu surexcité, mais c’est déjà plus proche de son personnage que n’importe qui parmi tous les autres…).

Bref, ça part fort, la suite ne sera pas mieux, on égrène les clichés du western sans aucun humour, en enchaînant les références culturelles qui n’ont aucun effet, et les quelques références à à la BD qui font plaisir quand même (la diligence de Painful Gulch, le passage éclair du Dr Doxey, même s’ils ont réussi à le foirer, tout comme Phil Defer qui devient un vrai robot à des lieurs de l’inspiration du perso, à savoir Lee Van Cleef, le coup de faire sauter une rangée de chapeaux d’une balle, un passage de Dick Digger, les billets qui deviennent des pièces quand Luke tire dessus, etc…).

Au final, Lucky Luke n’est finalement qu’un western poussif où personne s’est foulé et sur lequel on a plaqué une adaptation à la truelle en oubliant tout l’esprit de la franchise au passage.
Bilan ? Une belle casserole dans la carrière de tout le monde, qui ne fait honneur ni au cinéma français, ni à Lucky Luke, ni au western.

Et si on terminait avec LA grosse idée WTF ? Oui ? Ah, c’est pour que j’abrège ? Ok.
Donc, vous devez savoir que, dans la BD, Jolly Jumper a parfois de beaux élans d’humour et de cynisme à travers ses réflexions. En revanche, il ne converse jamais avec Luke, qui ne semble clairement pas le comprendre (et heureusement).

Hé bien, ici, après pas mal de temps de film, il se met à parler du jour au lendemain, Lucky Luke le comprend parfaitement et, comme si ça suffisait pas, c’est NUL !!! Aucun humour, aucune réflexion bien sentie, RIEN ! Juste un sidekick débile qui enchaîne les âneries !

Un massacre de plus à mettre à la liste…
Je ne vais pas m’apesantir sur le scénario qui repompe sans vergogne Nevada Smith, et sur la BO qui récupère (en la massacrant, sinon, c’est pas drôle) la célèbre chanson issue de Le Train sifflera Trois Fois.

Quand je pense qu’au générique, on nous dit « En hommage à Morris & Goscinny »…
À mon avis, ils ont surtout dû mourir une seconde fois en voyant ça (enfin, pour Goscinny, beaucoup plus, avec Astérix et Iznogoud qui ont précédé…).

30 avril, 2012 à 11:35 | Commentaires (4) | Permalien


Adaptation pour Les Yeux du Dragon ?

Adaptation pour Les Yeux du Dragon ? dans Adaptations et projets avec auteurs à venir YeuxDuDragonLa fantasy est à la mode.
Stephen King reste particulièrement vendeur.

Bon, à votre avis, quel est le résultat de cette équation ?
Oui, c’est dans le titre, un projet d’adaptation du conte fantasy écrit par Stephen King pour sa fille, Les Yeux du Dragon, est en route par la chaîne SyFy.

Le projet n’en est qu’au stade de l’écriture du scénario, dont s’occupent Michael Taylor et Jeff Vintar. On retrouve Taylor en tant que producteur exécutif, avec Bill Haber.

Le format choisi, entre film, téléfilm, et mini-série, est encore totalement inconnu, et le casting ne sera évidemment pas pour tout de suite.

En attendant d’en savoir plus, je vous laisse avec le synopsis du roman :D

L’ombre de Flagg plane depuis quatre siècles sur le royaume de Delain… Le jour où la silhouette du sinistre magicien se glisse derrière le trône du roi Roland, c’est en vue d’accomplir son noir dessein : assurer le triomphe du mal. La machination se met en marche, vénéneuse comme le poison. Mais c’est compter sans une antique maison de poupée, quelques milliers de serviettes de table, les yeux d’un vieux dragon empaillé et, bien sûr, le courage de ceux qui refusent la tyrannie. On sait que les contes de fées sont les premiers récits de terreur. En écrire un à l’intention de sa fille Naomi était donc pour Stephen King une sorte de retour aux sources.

Stephen King à nouveau adapté

25 avril, 2012 à 10:32 | Commentaires (2) | Permalien


1...45678