Bienvenue dans un monde d'écriture

Papa-Longues-Jambes

9782070612666Auteur
Jean Webster

Genre
Épistolaire/Humour

Éditeur
Folio Junior

Nombre de pages
212

Année de parution
1918 [Première parution]
2007 [Édition présentée]

Synopsis
Au début du XX° siècle, aux Etats-Unis, Jerusha Abbott ne connaît à dix-sept ans que son orphelinat ennuyeux, où elle a toujours vécu. Elle apprend qu’un donateur, qui veut rester anonyme, lui offre quatre années d’études supérieures à l’université de jeunes filles, en échange d’une lettre par mois. N’ayant aperçu de ce monsieur que son ombre portée à la lumière des phares, elle le surnomme affectueusement Papa-longues-jambes et lui écrit très souvent. C’est une nouvelle vie qui commence, pour elle qui découvre la liberté, rencontre la haute société américaine, et s’essaye au métier d’écrivain.

Avis
Une lecture bien rafraîchissante, notamment grâce à la personnalité de Judy. Vive, pleine d’humour, toujours optimiste, et ne se laisse pas marcher sur les pieds, Judy Abbott est sans doute une fière représentante des luttes féminines de l’époque. Mais c’est aussi une fine observatrice de sa société contemporaine, qui la fait se questionner sur beaucoup de choses (place des femmes, classes sociales, positionnement politique…), nous livrant un sympathique portrait des États-Unis du début du XXe siècle par les yeux d’une orpheline dont la vie change brutalement.

Mais bien sûr, ce n’est pas que ça. C’est aussi une relation, souvent à sens unique, entre Judy et son bienfaiteur anonyme, racontée à travers les lettres de Judy avec humour et tendresse (ou pas, selon les cas…). Bon, le final est quand même assez prévisible, et cela assez vite. Mais l’intérêt n’étant pas dans le final, mais comment on y arrive et tout ce qui se passe avant, rien de bien grave.

Papa-Longues-Jambes est un roman jeunesse drôle et à l’héroïne attachante, et finalement, c’est bien le plus important, au-delà de l’intrigue autour de ce mystérieux bienfaiteur, qui est nettement facile à éventer avant la fin. Un portrait sympathique et parfois caustique des États-Unis du début du XXe siècle, encore bien efficace sur plusieurs points, et très recommandable.

7 août, 2014 à 11:58


Un commentaire pour “Papa-Longues-Jambes”


  1. Zina écrit:

    Je suis bien d’accord, l’important n’est pas dans le final, très prévisible certes, mais dans la fraicheur de l’oeuvre. Un petit roman plein d’humour et de finesse :)

    Répondre


Laisser un commentaire