Bienvenue dans un monde d'écriture

L’Épée de Vérité, tome 1 : La Première Leçon du Sorcier

couv31105288Auteur
Terry Goodkind

Genre
Fantasy

Éditeur
France Loisirs

Nombre de pages
638

Année de parution
2005

Synopsis
Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car, désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son vieil ami ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur.
Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. À n’importe quel prix.

Avis
Bon, heu, alors, par où et quoi commencer ? Si je me pose la question, c’est parce que Terry Goddkind m’a vraiment assommé avec ses idées, me laissant me demander jusqu’où il oserait aller rien qu’avec ce premier volume d’une série de onze… Sans compter les « bonus » (préquelles, suites, etc…).

Si on voit tout de suite que l’histoire est le gros classique de l’Élu contre le vilain dictateur, RIEN, et je dis bien RIEN, ne peut préparer le lecteur à l’assaut que son cerveau va subir en lisant ceci ! Si je ne savais pas trop comment définir un auteur bien bourrin et pas subtil, j’ai maintenant une définition parfaite pour ça : Terry Goodkind.
Avec Goodkind, c’est simple : deux personnages de sexe opposés qui viennent de se rencontrer sont aussitôt les amis les plus forts et les plus fidèles jusqu’à la mort, avant de se rendre compte qu’ils s’aiment quelques temps plus tard… Voire tout de suite, éventuellement.
Côté méchants, on ne va pas faire dans la demi-mesure, hein. Darken Rahl est donc un grand blond aux yeux bleus, comme ses troupes d’élite (on voit PAS DU TOUT la race aryenne là-dedans, voyons…). Il tue, pille, détruit, viole, etc… La routine, quoi. Notons également qu’il se fait appeler le Petit Père Rahl (tiens, ça me rappelle le Petit Père du Peuple Josef Staline, ça…) et prétend agir pour le bien du peuple, évidemment. Quant à son homme de main, on tape carrément dans le pédophile reconnu. Soulignons enfin que les deux aiment voir leurs victimes se débattre dans leurs pièges… Bref, si vous n’avez pas encore compris que ce sont les gros méchants, on ne peut plus rien pour vous, là.

S’il n’y avait que ça, encore…
Le souci est aussi que les réactions de Richard sont dignes d’un gosse de cinq ans et que tout s’enchaîne à grands renforts de Deus ex Machina, sans aucune logique, juste parce que Richard est exceptionnel, est l’Élu, a le don, etc…
Sérieusement, ce type est tellement hors du commun que, sans AUCUN effort à part celui de la parole, il va réussir à trouver les réponses à des questions et énigmes par pure intuition, neutraliser de la magie sans rien faire, rallier à sa cause ou retourner contre leur maître quelques agents de Rahl, et j’en passe, c’est comme ça tout le long.
Goodkind tente bien de nous expliquer certaines choses de l’univers, mais ces règles n’ont tout simplement plus cours dès que Richard arrive sur les lieux. Il n’a quasiment aucune difficulté à faire quoi que ce soit…

Au final, Goodkind enchaîne les péripéties en vrac pour faire avancer une intrigue qui ne repose finalement sur rien, tant Richard peut tout faire sans effort. Ne reste que l’action et quelques passages sympathiques pour maintenir l’intérêt. Et c’est fort dommage.
Parce que, avec un traitement plus réfléchi, plus de sens dans l’enchaînement des idées, on aurait pu avoir quelque chose de certes peu original, mais assez efficace et prenant. Là, on a juste beaucoup de ridicule vaguement sauvé de ci de là par quelques éclairs de lucidité…

Et pour les Deus ex Machina, mention spéciale à la toute fin. Oh, et tant que j’y pense, il a caché une grosse copie de Gollum là-dedans. Si, si, difficile à trouver. Ou pas… :D
Bref, une bonne grosse série B qui flirte très dangereusement avec le Z… Peut-être vous parlerai-je de suite un jour, mais sachez que ce tome 1 se suffit à lui-même et peut très bien être lu seul. Pas tout à fait dégueulasse, mais on peut légitimement se demander pourquoi c’est un tel classique (voire culte) du genre…

15 avril, 2014 à 19:43


6 Commentaires pour “L’Épée de Vérité, tome 1 : La Première Leçon du Sorcier”


  1. Sia écrit:

    Mouhahahaha !
    Franchement, tu n’as aucun mérite. On en reparlera quand tu te seras enfilé les 11 tomes, ah mais! C’est tout aussi savoureux, et il y a encore plus de Deus ex machina : je suis sûre que tu vas a-do-rer. Pour tout t’avouer, j’hésite même à m’emprunter la suite en bibli pour voir si ça continue dans la lignée xD
    Bref, merci pour cette chronique qui m’a bien fait rire !

    Répondre

  2. Anthony écrit:

    On verra si j’ai le courage de me marrer autant ^^
    Pour l’instant, je vais passer à autre chose :P
    Et de rien ^^

    Répondre

    • Sia écrit:

      Je te comprends tout à fait ! J’ai terminé la série juste pour savoir comment ça finissait. Le 5 était à chier, le 6 ça pouvait passer, le 7 hors-sujet et alors à partir de là, c’est la cata. Le 1 c’est de la gnognotte à côté ! (Ceci dit sans vouloir te décourager, hein ; niveau nanar, ça tient très bien la route). Je ne lisais pas du tout de fantasy quand j’ai démarré, mais entre-temps je me suis mise à lire des trucs qui me passionnaient bien plus, ça explique peut-être l’effet ras-le-bol…

      Répondre

  3. Sphinxou Hyde écrit:

    Je l’avais lu il y a longtemps et j’en été ressorti avec un très mauvais avis, et je suis restée embrouillée toutes ces années car je n’en entendais que du bien ! Mais je suis rassurée ça ne devait pas venir que de moi :)

    Répondre

  4. Mypianocanta écrit:

    Mouahahaha !!! je ne l’ai pas dit de la même manière mais j’en pense exactement la même chose que toi … et non je n’ai pas lu la suite (pas maso non plus).
    En tout cas, ravie de ne pas être la seule :D

    Répondre

  5. Escrocgriffe écrit:

    J’avais lu le tome 1 quand j’étais étudiant, et j’avais aimé. Là j’ai essayé de le relire dans l’optique de découvrir les autres tomes, mais j’ai un peu plus de mal avec les longueurs. Je crois qu’il faut le bon état d’esprit pour aborder ce roman léger, parfait pour les vacances d’été…

    Répondre


Laisser un commentaire