Bienvenue dans un monde d'écriture

La Horde du Contrevent

La Horde du Contrevent dans Critiques et chroniques littéraires horde_contrevent_damasioAuteur
Alain Damasio

Genre
Fantasy/Science-Fiction

Éditeur
Folio SF

Nombre de pages
700

Année de parution
2007

Synopsis
Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu’un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s’y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d’eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu’en Extrême-Aval ait été formé un bloc d’élite d’une vingtaine d’enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu’à sa source, à ce jour jamais atteinte : l’Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m’appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l’éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l’azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l’ultime.

Avis
L’important n’est pas la destination. C’est le voyage. Et celui-ci va vous marquer. Comme le vent, il est imprévisible et puissant, prêt à vous mettre à terre après vous avoir bien éprouvé, comme l’expérimentera la 34e Horde…

23 hommes et femmes embarqués dans la quête la plus épique de l’univers créé par Damasio : atteindre l’Extrême-Amont, la possible origine du vent, malgré les obstacles et les années. Un voyage qui débute avec leur formation à Aberlaas et qui sera leur vie entière.
Le livre est simplement épique de bout en bout, puissant tout du long, on se sent contrer aux côtés de la Horde, à lutter contre le vent et le climat, à faire corps avec le Pack et le Fer.

Et on s’attache à ce voyage initiatique, prenant, dont la fin se dessine lentement à mesure qu’on avance , et se révèle définitivement traumatisante. Avec le style de Damasio qui donne une identité propre à chacun de ses protagonistes à travers le langage, le sentiment est d’autant plus fort.

Plus que la quête d’une Horde, c’est un voyage unique que vous propose Alain Damasio.
Bien sûr, les esprits chagrins y verront quelques défauts : quelques petites longueurs, des éléments qui ne font que passer, beaucoup de questions sans réponses… Mais c’est ce qui fait partie du charme du voyage. Nous ne sommes pas là pour savoir, mais pour ressentir. Et c’est parfaitement réussi.

Nous avons là un très grand roman, bourré de jeux de mots par néologismes adaptés à l’univers, une grande épopée, un voyage dur, violent, et cruel, et une fin abrupte, absurde, mais tellement logique…
Une vraie petite perle à lire, donc, originale, rafraîchissante, marquante.

25 juin, 2013 à 19:38


5 Commentaires pour “La Horde du Contrevent”


  1. coldtroll écrit:

    ben le souci, c’est que moi, je n’ai pas ressenti grand-chose, avec ce livre. A aucun moment, je n’ai pu m’identifier à un personnage.
    Et puis dire que la destination importe peu, je ne suis pas d’accord. c’est trop souvent un argument mis en avant pour les voyages qui ne mènent nulle part.
    Heureusement, il y a la magnifique description du (des) vent(s)
    et de très bons moments, mais pareil, ces moments sont interchangeables entre eux, indépendants, pas de renvoi de l’un vers un autre passé.
    magistral et chiant à la fois, pour moi.

    Répondre

  2. Praline écrit:

    Tout à fait d’accord, c’est un voyage que l’on n’oublie pas !

    Répondre

  3. XL écrit:

    très bien dit
    j’ai tellement aimé qu’après l’avoir emprunté, je viens de me l’acheter pour le relire

    Répondre

  4. BlackWolf écrit:

    AH un excellent roman plein de magie et de poésie qui nous fait découvrir le vent d’une autre façon et qui offre aussi un excellent travail sur l’écriture. J’ai adoré ce livre. Content qu’il t’ait plu.

    Répondre

  5. Erine écrit:

    Je ne l’avais pas perçu comme ça mais j’aime beaucoup ton interprétation
    « Mais c’est ce qui fait partie du charme du voyage. Nous ne sommes pas là pour savoir, mais pour ressentir ».

    C’est tout à fait ça en fait :D .

    Répondre


Laisser un commentaire