Bienvenue dans un monde d'écriture

DRM ou l’art de taper sur le client

DRM ou l'art de taper sur le client drmOn le sait, aujourd’hui, les ayant droit des différents domaines culturels ont déclaré la guerre au piratage (voire à Internet en général), ce qui a mené à des offensives contre plusieurs sites et l’arrivée de plates-formes payantes légales.

Jusque-là, après tout, tout va bien, si tant est que les secondes soient attractives et raisonnables. Le plus gros souci étant la présence régulière de DRM, système anti-piratage qui entrave surtout les utilisateurs par l’impossibilité de télécharger ou utiliser hors connexion les fichiers achetés.

Ceci nous amenant au cas JManga, plate-forme légale anglophone de mangas. Le site propose les volumes rapidement, et offre même plusieurs bonus aux utilisateurs avec, par exemple, des interviews. De quoi se dire que les DRM sont une mince contrepartie à subir face à la qualité du service proposé.

Sauf que tout ça, c’est du passé ! JManga a en effet annoncé sa fermeture. Les crédits pas dépensés peuvent l’être jusqu’au 26 mars, et le service disparaîtra définitivement le 30 mai. Bien triste nouvelle pour les utilisateurs, malgré la possibilité de les voir échangés contre des codes Amazon.
D’autant plus triste que le site n’a donné aucune explication formelle quant à cette décision et que l’arrêt du service, DRM oblige (voir plus haut ce que leur présence implique), entraînera tout simplement l’impossibilité totale d’accéder à tous les contenus que vous aurez pourtant achetés le plus légalement du monde !

Ce qui n’aurait pas été grave si JManga avait décidé de lever la protection pour ne pas léser ses clients là-dessus, comme le prévoit Steam pour le jeu vidéo, par exemple. Mais ce n’est pas le cas. Les DRM vont rester jusqu’au bout, tout le contenu du site va disparaître, et les clients verront l’argent dépensé disparaître avec lui et les fichiers…

JManga restera donc comme un magnifique exemple d’une plate-forme légale qui n’aura absolument pas répondu aux questions sur le piratage et de ce que sont les DRM : la prise en otage des clients, tout simplement, qui sont alors à la merci d’un service susceptible de leur reprendre sans préavis tout ce qu’ils auront pourtant payé…
Comment alors s’étonner que l’on soit tous, à des échelles différentes de « méchants pirates » qui, paraît-il, tuent les industries de la culture et du divertissement ? :P

15 mars, 2013 à 15:33


2 Commentaires pour “DRM ou l’art de taper sur le client”


  1. Ladyscar/Nadège écrit:

    Je n’y connais pas grand chose, mais… quand on télécharge un truc acheté (livre ou musique), il est enregistré sur notre ordi, normalement, non?
    Pourquoi les clients ne pourraient-ils plus accéder à ce qu’ils ont acheté?
    Désolée, j’ai pas compris :(

    Répondre

  2. Anthony écrit:

    Parce que le DRM est un système anti-piratage et anticopie, qui interdit tout téléchargement et utilisation hors ligne, tout simplement…

    Donc, tout ce qui en comporte nécessite que le site reste en place pour toujours, quoi, ou soit prêt à lever les DRM en cas de fermeture. Ici, ils refusent de le faire, donc, l’accès, y en aura plus…

    Répondre


Laisser un commentaire