Bienvenue dans un monde d'écriture
  • Accueil
  • > Actu
  • > De nouvelles séries stoppées chez Milady

De nouvelles séries stoppées chez Milady

De nouvelles séries stoppées chez Milady dans Actu logo-miladyAprès Kate Daniels, dont j’ai déjà parlé plus tôt, voici que de nouvelles sagas vont s’arrêter en cours de route chez Milady

Pour la liste complète, voir cet article qui s’accompagne d’un coup de gueule contre le groupe Bragelonne/Milady/Castelmore.

Si je peux comprendre la colère des fans, je vais tenter d’être un peu plus nuancé, il y a évidemment plusieurs facteurs à prendre en compte.

Le premier, c’est la réalité économique, je l’ai déjà abordé dans l’article mis en lien plus haut, et je vais vous résumer rapidement le problème. Les droits d’une série, ça s’achète. La rentabilité, c’est par la vente. Si la série ne se vend pas assez et est déficitaire, on arrête les frais et la série. Simple et logique. Inutile de crier au loup avec le grand méchant éditeur qui se fout de vous, c’est juste une réaction à chaud totalement pas viable.
Jusque-là, tout va bien, et les facteurs du manque de ventes sont multiples.

Manque de promotion. Manque d’intérêt du public. Manque de qualité et bouche à oreille dévastateur. Bref, au final, si un éditeur stoppe une série, c’est juste de la logique financière.
En fait, ces arrêts multiples soulèvent une autre question : et si on en faisait trop, chez Milady ? Le nombre de séries en cours est juste absolument effarant. On démarre à peine une saga qu’on en lance une autre. Personne n’a le temps et les moyens d’en suivre autant, et ne trouve sans doute pas de l’intérêt dans chacune.
Il y a fatalement des choix à faire, et des séries à sacrifier au final. Trop de séries dans un même genre pour un même éditeur, ça mène forcément à ce genre de choses, à terme. Il serait sans doute bon de se recentrer sur deux ou trois séries en parallèle dans un même genre, en terminer une, et en lancer une autre quand c’est fait, non ?

La diversité des titres serait maintenue, et les chances de voir une saga se noyer et disparaître au milieu des autres seraient déjà plus réduites. Enfin, je rêve sûrement, mais ça me paraît plus réaliste de faire cohabiter plusieurs séries comme qu’en les balançant toutes sur le marché en rangs serrés ;)

19 janvier, 2013 à 19:13


3 Commentaires pour “De nouvelles séries stoppées chez Milady”


  1. Alanysfolle écrit:

    Je suis assez d’accord sur la multitude de romans édités chez Milady. Leurs romans sont en général plutôt sympathique, j’aime beaucoup les objets en eux même, mais jamais je ne les achète en librairie parce que c’est juste imbuvable. Trop de tome, trop de sagas, trop de tout. A la fin, cela donne juste l’impression, et je le dis comment je le ressens, d’être une édition poubelle qui publie de tout juste pour le plaisir de publier. On le répète peut être pas assez, mais la qualité prévôt sur la quantité!!!!!

    Répondre

  2. bambi_slaughter écrit:

    Je suis entièrement d’accord avec ton article. Pour moi, c’est plus un problème de politique d’édition (on lance pleins de nouvelles séries parce qu’on aime le premier tome) qu’un problème de rentabilité. Au lieu de lancer 10 séries par an, ils devraient peut-être n’en lancer que 3 ou 4.

    Répondre

  3. Jeanne écrit:

    En même temps, la qualité, c’est quoi ? On m’a dit pas mal de bien de la série Kate Daniels, et pourtant, c’est l’une de celles qui n’auraient « pas marché ». Tu t’imagines s’ils n’avaient pas eu le backup des autres séries, et qu’ils avaient mis le paquet sur une série perdante ? Pour le meilleur et pour le pire, les éditeurs semblent avoir compris qu’il était très difficile de prévoir ce que les lecteurs allaient aimer. Tout ce qu’on peut faire, c’est leur donner du choix, et c’est sûr que cela entraîne son lot de sacrifices pour les livres qui ne sont pas choisis.

    Est-ce qu’on peut revenir au rôle de l’éditeur-prescripteur ? Faut voir. Les lecteurs se tournent plus facilement vers un livre auto-édité qui a du succès que vers un livre édité dont ils n’ont pas entendu parler.

    Répondre


Laisser un commentaire