Bienvenue dans un monde d'écriture

Qui veut la Peau de Roger Rabbit

Qui veut la Peau de Roger Rabbit dans Critiques d'adaptations ciné/télé rogerrabbitRéalisateur
Robert Zemeckis

Casting
Bob Hoskins, Christopher Lloyd, Joanna Cassidy, Stubby Kaye, Alan Tilvern…

Date de sortie
18 octobre 1988

Durée
1H43

Genre
Comédie

D’après Who censored Roger Rabbit ? de Gary K.Wolf

Synopsis
Roger Rabbit est au trente-sixième dessous. Autrefois sacré star du cinéma d’animation, le lapin blanc est fortement préoccupé pendant les tournages depuis qu’il soupçonne sa femme, la sublime Jessica Rabbit, de le tromper. Le studio qui emploie Roger décide d’engager un privé, Eddie Valliant, pour découvrir ce qui se cache derrière cette histoire bien plus complexe qu’il n’y parait !

Image de prévisualisation YouTube

Avis
Un classique du cinéma. Un film culte parmi les cultes, détenteur de 4 Oscars. Voilà ce qu’est ce film, qui fonctionne toujours aussi bien malgré les années. Le défi technique de donner vie aux Toons dans un environnement réaliste n’est pas nouveau pour l’époque (Mary Poppins, Peter et Elliott le Dragon l’avaient déjà fait, par exemple), mais ce film est bien le premier à le faire aussi bien et de façon aussi réaliste.

Et si le film assure du côté technique, il est loin de démériter côté rythme et humour. On démarre avec un cartoon qui nous permet d’arriver sur le tournage et, de là, ça fuse à un rythme effréné, Roger est intenable, son duo avec le désabusé Valiant est parfait, Christopher Lloyd est juste incroyablement terrifiant, et le doublage de Pierre Hatet (pour Lloyd, évidemment) et de Luq Hamet (pour Roger) est tout aussi bon que sur Retour vers le Futur et ils justifient la VF à eux seuls.

Ce film est juste un vrai film noir, bourré d’humour cynique et d’allusions régulièrement en-dessous de la ceinture, avec des séquences plus dures que d’habitude dans un Disney (la chaussure… La chaussure, quoi !!! T__T), ce qui explique la production via TouchStone, Zemeckis ayant (fort heureusement) refusé toute retouche.

Mais en plus de tout ça, c’est aussi la seule et unique occasion de voir réunis des personnages Disney et Warner, pour plusieurs monuments d’humour bien cartoonesques. Une scène vaut à elle seule le visionnage, de ce côté : Donald Duck et Daffy Duck, soit les deux canards les plus irascibles et champions de la mauvaise foi du dessin animé, réunis dans un numéro musical absolument… explosif !

Bref, Qui veut la Peau de Roger Rabbit, c’est comment ressusciter l’esthétique et le fond du film noir des années 40, associés aux dessins animés de l’époque, et dirigé par un petit prodige de la comédie qui a littéralement dynamité le cinéma des 80′s rien qu’avec ça et Retour vers le Futur ! Un must see, un classique, un incontournable.

2 novembre, 2012 à 19:53


2 Commentaires pour “Qui veut la Peau de Roger Rabbit”


  1. bambi_slaughter écrit:

    C’est un des films que j’ai vu le plus de fois entre mes 10-15 ans, un classique comme tu dis ! :)

    Répondre

  2. Agnah écrit:

    J’ai toujours adoré ce film. Je ne compte plus le nombre de fous rires que j’ai pu avoir en le regardant x)

    Répondre


Laisser un commentaire