Bienvenue dans un monde d'écriture

Saint Seiya Les Chevaliers du Zodiaque : La bataille du Sanctuaire

Saint Seiya Les Chevaliers du Zodiaque : La bataille du Sanctuaire dans Adaptations jeux vidéo saintseiyaps3Éditeur
Namco Bandai

Développeur
Dimps

Genre
Beat them all

Support
PS3

D’après le manga Saint Seiya Les Chevaliers du Zodiaque, de Masami Kurumada

Date de sortie
16 mars 2012

PEGI
12+

Image de prévisualisation YouTube

Synopsis
Treize ans plus tôt, en Grèce. Le Grand Pope tente d’assassiner une petite fille tout juste née et désignée comme la réincarnation de la déesse Athéna, à laquelle sont fidèles les 88 Chevaliers. Mais Aiolos, Chevalier d’Or du Sagittaire, contrecarre ses plans et fuit le Sanctuaire avec l’enfant. Mortellement blessé après son combat contre Shura du Capricorne qui tentait de l’arrêter, Aiolos confie l’enfant et son armure à Mitsumasa Kido, dirigeant de la fondation GRAAD.
Aujourd’hui. Cinq Chevaliers de Bronze ont gagné leurs armures et leur statut à l’issue d’un grand tournoi intergalactique. Il est temps pour Saori Kido de reprendre sa place au Sanctuaire et de se faire connaître en tant qu’Athéna.
Mais le Grand Pope n’a pas renoncé à ses plans… Le groupe est accueilli par un tir de Tramy de la Flèche, qui atteint Saori à la poitrine. Les Chevaliers de Bronze n’ont que douze heures pour traverser les douze Maisons d’Or et amener le Grand Pope jusqu’à Saori pour qu’il retire la flèche de Tramy.
Mais les Chevaliers d’Or ne comptent pas les laisser faire sans réagir…

Avis
Ah, Saint Seiya… Le manga culte des années 80, juste derrière Dragon Ball, et qui justifiait autant que celui-ci qu’on se plante sans cesse devant le Club Dorothée pour suivre l’anime, malgré les versions françaises foireuses et la censure de l’époque… Bon, on était des gosses, on s’en foutait encore, à ce moment. Oui, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… C’était la grande vague de la japanimation, ce qui allait faire entrer de plein pied la France dans l’amour du manga, et provoquer les peurs de la classe politique.

On découvrait alors les codes du shônen, faits de valeurs fortes, de courage jusqu’au bout, d’abnégation et d’honneur, et s’il y avait bien un shônen qui représentait tout ça, c’était Saint Seiya. Combien de fois se sont-ils relevés de nulle part alors que tout semblait perdu ? Combien de temps ont-ils répété sans cesse leurs serments et valeurs ? Je ne sais pas et je n’ai pas le courage de compter, mais c’était tout simplement épique d’un bout à l’autre.
Malheureusement, les différents jeux sortis à ce jour n’ont jamais vraiment réussi à retranscrire le côté épique du manga. Mais les développeurs semblent avoir été enfin touchés par la grâce d’Athéna !

Car, oui, La Bataille du Sanctuaire, sans être un chef-d’œuvre, est sans aucun doute le meilleur jeu Saint Seiya à ce jour. Oui, ce n’est pas terrible graphiquement (ah, les armures imitation plastique passées au polish…), oui, on se retape encore et toujours la seule partie du Sanctuaire, oui, il a fallu trahir quelques codes et rajouter des éléments HS… Mais pourtant, ça marche pas mal.

Concrètement, le jeu se divise en deux modes (Histoire et Missions) et en deux phases.
Le mode Missions consistant en une série de combats, restons sur le mode Histoire. Ce mode Histoire contient donc LE gros morceau, à savoir tout l’arc du Sanctuaire, du tir de Tramy sur Saori jusqu’à l’ultime combat au temple d’Athéna. Autant dire qu’on met quelques bonnes heures à en faire le tour, surtout que les scènes de l’anime sont bien modélisées avec le moteur du jeu.
Côté gameplay, vous aurez donc du beat them all à l’ancienne entre les maisons, avec soldats du sanctuaire sur la route et mini boss à la fin, sur une ligne bien droite. C’est totalement 80′s, la caméra fixe est chiante si vous vous retrouvez avec des adversaires dans le dos, mais c’est suffisamment rapide et nerveux, surtout avec Seiya ou Ikki, pour être un bon passage de beat them all bien arcade à l’ancienne.

Et après chaque route, vous entrerez dans la Maison d’Or correspondante.
Pour la majeure partie, cela signifiera un combat contre le Chevalier d’Or concerné, parfois découpé en plusieurs phases. Et là, attention, si les phases de beat them all contre les simples soldats sont vraiment faciles, les duels face aux Chevaliers d’Or seront déjà d’un autre calibre, et on retrouvera toute la tension de l’anime. On oublie la règle absurde du « la même technique ne marche pas deux fois sur un même Chevalier », mais à part ça, c’est du bon, même si vous allez spammer de Septième Sens, Rafale de Cosmos, et attaques spéciales en vrac, pouvant aller jusqu’à l’attaque Big Bang.

Et il n’y a pas grand chose de plus à dire, en fait.
Le gameplay montre rapidement ses limites, comme la technique, mais la nervosité de l’ensemble, le respect de l’œuvre, le doublage japonais, les musiques sympathiques, un nombre de personnages assez étoffé, suffisent à rendre le jeu très sympa pour tout fan de Saint Seiya, et le tout est tellement bien mené que, même si ce n’est pas encore LE jeu attendu, ceci est clairement la meilleure déclinaison vidéoludique de la licence.
À réserver toutefois aux fans, à l’image de Fist of the North Star. Les autres trouveront mieux bien facilement, s’ils cherchent juste du beat them all.

Maintenant, on attend la même chose, en mieux techniquement, et qui couvre tout l’anime (histoire d’avoir droit à Asgard aussi). On évitera peut-être les personnages en DLC à 5€ pièce, avec ça.

16 août, 2012 à 9:37


Laisser un commentaire