Bienvenue dans un monde d'écriture

La Jeunesse de Picsou

La Jeunesse de Picsou dans Critiques et chroniques littéraires 110609090821304797

Auteur:
Keno Don Rosa

Genre:
Bande dessinée [comics]/Aventure

Synopsis:
Découvrez la jeunesse de Picsou, ou comment Balthazar Picsou est devenu le canard le plus riche du monde.

Avis:
La Jeunesse de Picsou. Un travail de Titan. 12 chapitres principaux de 1991 à 1993 + 7 bonus dessinés après, près de 300 pages de BD entièrement dédié à la vie de Balthazar Picsou, de sa petite enfance en Écosse (on débute en 1877, il a 10 ans) à son statut de canard le plus riche du monde, jusqu’à sa rencontre avec Donald et ses neveux en 1947.
Don Rosa a convoqué ses connaissances approfondies des informations distillées par Carl Barks, a scrupuleusement suivi chacune de ces informations, ainsi que la chronologie des œuvres de Barks, et s’est en plus permis d’étoffer les personnages.
Ce fut un tel travail qu’il fut logiquement récompensé par un Will Eisner Award en 1995 (que Don Rosa fait apparaître dans une version un peu plus longue du dernier chapitre, en s’en servant comme d’un motif d’auto dérision grâce aux doutes de Donald concernant son oncle).

Enfin, on comprend Balthazar Picsou. Enfin, on comprend qui il est, et comment il s’est forgé tel qu’on le connaît. Comment le petit gamin travailleur et volontaire est devenu cet avare qui ne dévoile rien.

La Jeunesse de Picsou est une grande épopée, qui est au comics Disney ce que les œuvres de Virgile et Homère sont à la mythologie grecque.
Une grande aventure, une histoire d’amour tragique, de grands moments d’émotion… Don Rosa ne cache rien, allant même jusqu’à représenter la mort, ce qui est alors une première dans du Disney.

A travers ses voyages dans le monde, Picsou apprend. Il apprend la vie, à la dure, ses hauts et ses bas. Il apprend à rebondir après un échec, à encaisser les coups, que le confiance se mérite et que beaucoup n’hésitent pas à en profiter.
Et on s’attache au personnage, découvrant le cœur qui bat sous la carapace, et comment il a été malmené.

C’est beau, tout simplement, et certains passages vous font verser une larme.
Une lecture incontournable, quoi qu’on en dise. La Jeunesse de Picsou demeure comme l’une des plus grandes bandes dessinées de tous les temps.

Je ne vois rien d’autre à dire, si ce n’est merci.
Merci, Carl, pour les personnages.
Et merci, Keno, pour les avoir étoffés et les avoir faits définitivement entrer dans l’histoire de la BD et du comics.

Allez, on oublie les préjugés et autres à priori, on oublie que c’est du Disney, vu le contenu mature qui s’adresse à tous sous la surface de l’humour, et on se lance dans la biblio de Barks et Don Rosa. Et tout de suite ! ^^

9 juin, 2011 à 12:35


3 Commentaires pour “La Jeunesse de Picsou”


  1. Erato écrit:

    Mais Picsou, quoi !! *o*
    Et Don Rosa surtout !! J’adore ces dessins, les petits détails que je redécouvre à chaque lecture, ou des jeux de mots.
    Bref, j’adore, j’admire le travail de Rosa, et de Carl bien sûr, c’est lui le créateur, mais c’est le style de Don Rosa que je préfère, tellement plus fouillé, détaillé !!

    Répondre

  2. Renan écrit:

    Pour info aussi, Don Rosa n’a pas choisi cette chronologie au hasard. Et par exemple, lorsqu’il rencontre Donald et ses neveux, cette histoire de déroule en 1947, soit l’année de publication de la première histoire de Picsou (le chapitre 12 est une suite directe de cette histoire).

    Et Don Rosa va venir en France !

    http://www.facebook.com/photo.php?fbid=10150603796595061&set=pu.81153350060&type=1&theater

    Je ferai tout pour y être.

    Pour finir, Don Rosa reste aussi celui qui a fait deux dessins qui me tirent une larme :
    http://troistetesdechien.tumblr.com/post/3342659175/u
    qui est le meilleur résumé de Picsou que l’on puisse trouver.

    et ça
    http://troistetesdechien.tumblr.com/post/2996002920

    Répondre

  3. Anthony écrit:

    C’est là que j’aimerais être sur Lille…
    La chronologie, je savais, mais ça peut être utile de signaler, en effet =)

    Répondre


Laisser un commentaire